Mise en mouvement du microbiote

Publié par Carine Gimbert, le 15 septembre 2014   2.1k

Xl imag5766

Carine Gimbert nous présente le projet bioart "Mise en mouvement du microbiote". Ou comment donner à voir et à comprendre notre microbiote, c'est-à-dire l’ensemble des microorganismes qui nous constituent grâce à une performance dansée.

Effectivement, vous avez bien lu, ce projet de bioart nous entraîne à la fois dans le monde des bactéries et celui de la danse. Avec ce projet original, Carine Gimbert propose de faire assister un public hétéroclite à une présentation de résultats scientifiques. Le but étant d’intégrer une dimension sensible à cette explication, pourquoi ne pas transcrire les résultats de la dynamique évolutive des bactéries par de la danse ? C’est ce défi qui a été relevé au parc Lafontaine de Montréal, en juin dernier. Présentée sous la forme d’une performance, la chorégraphie à 18 danseurs représente l’évolution du microbiote intestinal de nouveau-nés prématurés au cours des premières semaines de leur vie.

Le microbiote en quelques mots

Le microbiote représente l’ensemble des microorganismes qui nous constituent. Ils représentent 90% des cellules de notre organisme et 99% de nos gènes sont d’origine bactérienne. Cet ensemble de microorganismes comprend plusieurs espèces de bactéries, regroupées en genre et en phyla. Ces populations, en proportions différentes, sont présentes sur l’ensemble de notre corps (intestins, peaux, muqueuses..). Génétiquement parlant, contrairement à notre génome qui est stable dans le temps, le microbiome bactérien (l’ensemble des gènes du microbiote) est très dynamique et sensible aux changements extérieurs et facteurs environnementaux. Ce projet a été mené dans le laboratoire du professeur François-Joseph Lapointe, ayant auparavant dansé son génome.

La mise en mouvement du microbiote

Ces bactéries sont réparties en proportions différentes au sein de 4 groupes principaux (Actinobactéria, Tenericutes, Proteobacteria et Firmicutes). Les danseurs sont répartis d’après ces groupes de bactéries selon les proportions observées au cours de l’étude. Chaque groupe de danseurs, et donc de bactéries, est caractérisé par une couleur de bandeau et un mouvement. Ce qu’il ressort de la chorégraphie est le caractère à la fois dynamique du microbiote dans le temps et sa diversité. Il est en interaction constante avec son environnement - ici, avec les gens, ou les éléments matériaux autour des danseurs.

Et les réactions du public dans tout ça ?

La première question posée fut : « mais qu’est-ce qu’il se passe ? ». Après les premières explications, le message est très bien perçu et de manière positive. Ce projet attise la curiosité, tout en étant plaisant à regarder. Les spectateurs soulignent la qualité originale et intéressante du projet. Cette performance de 15 min animée par des médiateurs scientifiques nourrit à la fois la composante rationnelle et sensorielle présente en chacun de nous.