« Networkcheaters » et fake followers : Falsification de popularité, pourquoi ? Comment ?

Publié par Yannick Chatelain, le 6 septembre 2022   440

Par Chatelain Yannick. Professeur Associé chez  Grenoble École de Management , chercheur associé à la Chaire Dos, GEMinsights Content Manager. ...

Avant propos : Ce que je nomme un « NetworkCheaters » peut être une personne morale ou physique  qui va tricher (To cheat) sur son nombre de suiveurs réels pour des raisons très pragmatiques que je vais évoquer, et ce, quel que soit le réseau. Les tricheurs vont ainsi acheter de faux suiveurs – pour le côté quantitatif -, et, selon les services proposés par le prestataire, les tricheurs vont acheter des likes, des retweets, des commentaires pour feindre l’engagement et faire croire ainsi à l’usager que son réseau – quel qu’il soit- est qualitatif.  

Elon Munsk « découvre » les faux comptes twitter  #NoComment.

La posture de Elon Munsk si elle semble légitime, interroge. Il est pour le moins curieux qu’après avoir fait une offre de rachat de Twitter en fanfare le 25 avril 2022, pour la modique somme de 44 milliards de dollars, ce dernier ait soudain, quelques mois plus tard, découvert l’existence massive de faux comptes sur Twitter pour… Se défausser. Cette « découverte » l’a amené à revenir le 9 juillet 2022 sur son offre… La justice démêlera le vrai du faux et dans quelle mesure, l’offre de rachat initiale était peut-être volontairement outrancière…  Elon Munsk faisait-il cette offre en connaissance de cause… pour mieux la dénoncer a posteriori ? Il m’est personnellement difficile de croire que l’homme vraisemblablement l’un des plus au fait des technologies de cette planète, ait été, lors de son offre première dans l’ignorance de ce phénomène. Toutefois hormis ma surprise, elle n’a d’autre valeur que mon étonnement.  À ce stade nous pouvons seulement noter qu’en amont du procès opposant Twitter et Elon Musk – procès qui se tiendra le 17 octobre – suite à la décision de l’homme d’affaires de retirer son offre d’achat du réseau social, Elon Musk semble douter d’avoir gain de cause ! Il se montre particulièrement inquiet d’être, in fine, forcé d’acheter la plateforme. C’est la raison pour laquelle il a vendu entre le 5 et le 9 aout pour près de 7 milliards de dollars d’actions Tesla. Une vente qui vient s’ajouter au 8,5 milliards de dollars d’actions de son groupe automobile qu’il avait déjà vendu en avril 2022, en prévision de l’acquisition du réseau social. Quel que soit l’issue de l’affaire, elle offre l’opportunité de revenir sur le phénomène et de remettre sur le devant de la scène un marché qui continue de prospérer : celui des FakeFollowers au service de ce que je nomme les « Networkscheaters », les tricheurs des réseaux.

Typologie des « Networkcheaters » : Politiques, Partis politiques, Entreprises, Stars, influenceurs, youtubers… Quidam.

Les personnes qui ont recours à de faux suiveurs, sur les réseaux sociaux, que cela soit sur Twitter, Instagram, TIC TOK, FB, LinkedIn, etc. répondent à des motivations diverses...

Lire la suite de l'article sur FORBES

Photo credit: Slava Murava Kiss on Visualhunt  (CC BY-NC 2.0)