Le syndrôme du coeur brisé

Publié par La Casemate, le 5 mai 2022   670

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

La chronique du 5 mai, par Emmanuel Laisné, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Emmanuel Laisné, chargé de projet à La Casemate. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Emmanuel !

Bonjour Nicolas !

Alors de quoi allez-vous nous parler aujourd’hui ?

Et bien Nicolas, je suppose que comme moi, il vous est arrivé d’avoir le cœur brisé … vous connaissez probablement cette sensation de poids sur la poitrine parfois accompagnée d’une gorge qui se serre et procure une sorte de sensation de malaise …

Oui je vois bien de quoi vous voulez parler.

Et bah, j’ai eu la surprise à la lecture d’un article sur Echosciences de découvrir qu’il ne s’agit pas là que d’une métaphore. Il existe bel et bien en médecine un syndrôme du “cœur brisé” … qui peut apparaître suite à une fatigue physique mais aussi face à un stress ou une émotion négative comme un deuil ou une rupture … C’est d’ailleurs ce qui lui a valu son surnom plus qu’une quelconque ressemblance avec les sensations que je décrivais juste avant. Je dis cela pour éviter que vos auditeurs ne se ruent chez leur médecin à la première déception amoureuse.

D’ailleurs, si vous voulez éviter la confusion, vous pouvez lui redonner son nom d’origine de syndrôme de “Tako Tsubo” qui signifie “piège à poulpe” en japonais.

Alors deux questions : une dont j’imagine la réponse, pourquoi du japonais et la seconde qui me laisse un peu plus perplexe … pourquoi piège à poulpe ? 

Bon vous vous en doutez, si l’origine du mot Tako Tsubo est japonaise c’est que les premiers à avoir observé ce phénomène sont des cardiologues nippons. 

Ensuite, le mot “piège à poulpe” vient de ce qui se passe au niveau de votre cœur lorsque vous êtes victime de ce syndrôme. Votre ventricule gauche gonfle jusqu’à prendre la forme d’une petite amphore, ou du récipient utilisé pour faire office de piège lorsqu’on pêche les poulpes au japon. Un gonflement qui dure généralement quelques semaines et s’accompagne de symptômes et sensations proches de ceux de l’infarctus.

C’est moi ou ce que vous décrivez à l’air d’être tout sauf anodin ?

Alors c’est un peu la question qui est au cœur de l’article publié sur Echosciences. Celui-ci s’intitule peut-être avec un peu trop de gravité : “Peut-on mourir d’un cœur brisé ?”.

Alors pour vous rassurer.  Seul 1% des cas sont mortels et ce syndrôme reste rare parmi la population. 

Mais si j’ai tenu à vous en parler c’est parce que l’article d’Echosciences n’est pas le premier sur le sujet … et que depuis deux ans vous pourrez retrouver des émissions radiophoniques, des articles qui en parlent et le qualifient parfois de burn-out cardiaque. Certains soulignent que la pandémie de Covid 19 a même renforcé le nombre de “Tako Tsubo”. Mais ce sur quoi conclut l’article dont je vous parle depuis le début, c’est que si le stress est l’un des facteurs déclenchant de ce syndrôme, la détente en est peut-être le meilleur remède.

Alors pourquoi ne pas faire une pause, prendre le temps d’une balade avec votre chère et tendre. Au risque d’en avoir le cœur brisé.

Et bien on va y songer… Merci Emmanuel ! Un article à retrouver sur echosciences-grenoble.fr.
A bientôt Emmanuel !

A bientôt Nicolas !

Lien vers l'article : https://www.echosciences-grenoble.fr/articles/peut-on-mourir-d-un-coeur-brise-le-syndrome-de-takotsubo

Crédit photo : freepik