Un Media Lab dans un centre de sciences : quelques pistes vues de La Casemate

Publié par La Casemate, le 28 juin 2017   2.7k

Xl 15994816392 58f2cbbfbd k

Par Pascal Moutet (@pmoutet), Chef de projet Web & Media Lab et Marion Sabourdy (@Fuzzyraptor), Responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble.

En 2011 et 2012, La Casemate, le centre de sciences de Grenoble, a lancé deux dispositifs devenus aujourd’hui incontournables dans son offre : un Fab Lab (1) et le réseau social Echosciences (2). Ces dispositifs, leurs liens avec les communautés d’amateurs de sciences et de technologies, ainsi que les réflexions entamées dans le cadre du programme Inmédiats nous ont amenés à poser les bases d’un troisième dispositif, que nous souhaitons vous présenter aujourd’hui : un Media Lab.

Derrière ce terme se cachent plusieurs sens, selon le lieu ou l’acteur qui mène le projet. Il existe par exemple des Media Labs typés “recherche” comme le MIT Media Lab à Boston ou le Media Lab de Sciences Po à Paris. D’autres encore, peuvent être orientés vers la production de contenus universitaires comme le Media Lab de l’Université de Lille. Le Media Lab Prado à Madrid est axé sur la thématique de la ville de demain, des objets connectés, du datajournalisme et PiNG, à Nantes, travaille notamment sur l’open data, la datavisualisation, la formation au code, etc. Petit clin d’oeil également au 127° à Cap sciences (Bordeaux), au Studio Lab de l’Espace des sciences (Rennes) et au Studio Papaï (Plug & Play Audio & Image) de l’Ecole des Mines de Saint-Etienne piloté par la Rotonde ainsi que Makery, "le média de tous les lab" et sa rubrique #MediaLab : trois lieux et un média qui nous ont également inspirés.

Dans tous les cas, on observe quelques constantes : le recours aux outils numériques et à la narration, pour produire du contenu, qu’il soit artistique, scientifique ou culturel et ceci, souvent de manière collaborative. Du côté de La Casemate, notre manière d’envisager l’intérêt et le fonctionnement d’un Media Lab est là aussi adaptée à notre contexte. Nous la résumons dans ce schéma, dont nous détaillons chaque aspect en-dessous :

Raconter La Casemate

Le rôle premier que nous envisageons pour notre Media Lab est de venir soutenir et raconter les actions de La Casemate, pour pouvoir les valoriser, leur donner de la visibilité ou tout simplement parce que les chargés de projets ont besoin, à un moment ou à un autre, de produire du contenu sans avoir recours systématiquement à des prestataires extérieurs.

Pour ce faire, nous avons installé un espace “Studio” au premier étage du bâtiment, juste à côté des espaces dédiés à la fabrication, afin de pouvoir produire facilement des contenus vidéo et photo. Le Studio est équipé des éléments suivants :

  • un appareil photo Canon EOS 5D Mark III (avec trépied) pour prendre des photos et réaliser des vidéos
  • deux panneaux de LED et des “softbox” pour l’éclairage
  • un enregistreur de son SONY ICD-TX650
  • une lightbox Havox HPB-80 pour prendre en photo les objets conçus dans le Fab Lab
  • un ordinateur équipé du logiciel Première, pour le montage des vidéos
  • un casque de monitoring
  • Un disque dur externe de 3 Go

Cette configuration volontairement minimaliste et facile à prendre en main nous a déjà permis de tourner et monter rapidement plusieurs vidéos, dans le cadre du concours Inno’Cup Jr (voir notamment la playlist de ces vidéos de "coaching"), du projet I Make 4 My City ou d’un événement avec les Wikipédiens sur lequel nous reviendrons plus loin.

Vidéo bilan du projet IMake4MyCity :

Teaser de l’événement avec les Wikipédiens :

Mais surtout, le Studio nous apparaît comme un outil crucial pour la valorisation et la documentation des activités menées au Fab Lab. L’idée n’est pas de produire des vidéos “publicitaires” pour cet espace mais bien de valoriser les makers et leurs projets, de manière régulière et spontanée. Nous avions commencé, en 2012, par filmer et diffuser en direct des rencontres avec des makers (intitulées “Les tables ouvertes du Fab Lab” et documentées ici par Jean-Michel Molenaar). Actuellement, nous travaillons à la réalisation de vidéos de présentation de makers “remarquables”.

Mais tout ne passe pas par la vidéo ! Le Studio permet aussi aux makers eux-même de prendre leurs objets en photos avec du bon matériel, pour éviter les clichés peu flatteurs. Nous souhaitons également mettre à disposition un ou deux postes informatiques pour leur permettre de documenter en direct leur projet sur la plateforme Fab Manager - avec du texte, des photos et pourquoi pas une vidéo - avant de quitter le Fab Lab.

A terme, le Studio pourrait également nous servir à produire des tutoriels, des MOOCs et toutes sortes de contenus autour de la médiation scientifique et culturelle.

Raconter le territoire

Si le Media Lab a vocation à accompagner la transition numérique de La Casemate, il n’est pas en reste avec les partenaires du centre de sciences et plus généralement les acteurs du territoire dans lequel il se situe.

Le réseau social territorial Echosciences est d’ailleurs une partie importante de ce Media Lab, véritable boîte à outils de veille sur le territoire. Depuis 2012, ce réseau permet aux amateurs et professionnels de la culture scientifique de faire de la veille et de documenter collectivement les initiatives de CST sur le territoire. Il est aussi un outil de “mise en culture numérique” de ces acteurs, via des formations aux réseaux sociaux en présentiel pour les Grenoblois et via un MOOC conçu avec nos partenaires du programme Inmédiats, en 2016, pour le reste de la France.

>> Pour en savoir plus, découvrez l'article "Animer une communauté locale de culture scientifique et technique grâce au web social" publié dans la Lettre de l'OCIM n°171


En parallèle de l’animation d’Echosciences Grenoble, La Casemate s’est également mobilisée, depuis 2012, pour animer certains événements grâce aux réseaux sociaux. Citons par exemple :

Le Media Lab a également travaillé sur une captation et une valorisation en direct de séances de créativités pilotées par des membres de La Casemate, en vue de faire participer des personnes extérieures. Citons notamment les séances de “Living Lab” du salon EXPERIMENTA sur la transmission des savoirs et l’affichage en ville ainsi qu’une séance de créativité au sujet des usages possibles d’une version numérique du plan-relief de Grenoble, dans le cadre du programme “Grenoble, Ville de Demain” (voir ici).

Autant d’expériences qui ont permis à La Casemate de se frotter à l’animation (ou la co-animation) de dispositifs plus ambitieux lors d’événements d’ampleur, comme la Fête de la Science, Museomix (qui s’est tenu en 2013 au Musée Dauphinois) ou encore la Maker Faire. Dans le cadre de cette-dernière, c’est même un “Media Lab participatif” qui s’est tenu, avec l’aide d’étudiants et de bénévoles qui ont produit des textes, photos, vidéos, GIF et dessins en direct, pendant l’édition 2017 (éléments rassemblés dans ce dossier). Un premier pas vers un dispositif totalement ouvert au public lors d’un prochain événement ?

Rassembler les talents pour créer des contenus

En plus d’outils et de pratiques, le Media Lab se veut aussi être lui-même déclencheur de programmation culturelle pour La Casemate et ses partenaires. Aussi nous avons fait le choix de fortement nous appuyer sur le format “hackathon”, c’est-à-dire des événements sur quelques heures dédiés à la création de prototypes par des équipes constituées de personnes aux profils variés (médiateurs, créatifs, codeurs, etc.). L’idée : que le centre de sciences ne soit pas l’unique producteur de “contenus” qu’il présenterait ensuite à un public “passif” mais plutôt que les amateurs et professionnels du territoire se rencontrent pour échanger leurs idées, lancer des projets et éventuellement - mais ce n’est pas obligatoire - aller au bout de ces projets en concevant un jeu vidéo, une exposition, un événement...

Ces hackathons se sont déclinés sous différentes formes :

>> Des Game Jams sur différents thèmes (lumière, cristallographie ou encore thèmes variés fournis par des doctorants de la Communauté Université Grenoble Alpes) lors desquelles une quinzaine de prototypes de jeux vidéo ont été créés (plus d'infos ici)

>> Un Editathon (ou marathon d’édition), sur le thème “Femmes & Sciences”, le 8 mars 2017, animé avec des bénévoles de l’association Wikimédia France (plus d’infos sur cet événement ici)

>> Un Educathon “Mieux prendre en compte la diversité des élèves” en partenariat avec l’Education Nationale pour construire des scénarii d’usage visant à améliorer la vie au lycée (plus d’infos ici )

Une attention particulière est également portée aux communautés de pratique du territoire : aux Wikipédiens (on l’a vu plus haut avec la co-organisation d’un éditathon) mais aussi aux passionnés de photos, notamment les “Instagramers de Grenoble” (@igersgrenoble), ces photographes experts de l’application Instagram. Nous les avons déjà sollicités ou invités à de nombreuses reprises, pour des “instameets” (rencontres entre instagramers), des concours ou des appels à participation. Ceux-ci acceptent toujours avec grand intérêt, même s’ils ne sont pas familiers avec les sciences. Ces partenariats nous permettent de découvrir nos expositions ou événements autrement et d’atteindre un nouveau public, via ces amateurs passionnés.

Le groupe d'instagramers igersgrenoble à La Maker Faire Grenoble 2017

Le groupe d'instagramers @igersgrenoble à la Maker Faire Grenoble 2017

Par ailleurs, nous prêtons une attention toute particulière à la notion de “storytelling”. En tant que médiateurs scientifiques, nous connaissons les bénéfices d’une belle histoire pour transmettre des notions scientifiques parfois compliquées à différents publics. Aussi, pour poursuivre cette tradition tout en la renouvelant, nous mettons en place un partenariat avec l’antenne alpine du Labo des Histoires, association nationale qui propose des ateliers d’écriture créative gratuits pour les moins de 25 ans et bien plus encore. Avec eux, nous avons déjà accueilli une classe de collégiens et un groupe d’adulte pour des ateliers d’écriture de nouvelles et de scripts vidéo animés par l’auteure et vidéaste Florence Porcel (ici), proposé un dispositif d’écriture de fiction pendant la Maker Faire (ici) ainsi qu’un atelier réalisation vidéo. Pour l’automne 2017 et 2018, nous prévoyons toute une saison créative autour de la science-fiction avec une master class de vidéastes, des ateliers d’écriture créative utilisant le logiciel de programmation Scratch, des stages pendant les vacances scolaires autour du livre numérique et bien d’autres choses encore !

Diffuser ces contenus sur des plateformes

Tous les contenus créés dans le cadre du Media Lab ont bien entendu vocation à être diffusés rapidement et simplement sur différentes plateformes numériques. Ainsi, nous nous appuyons sur nos applications “maison” pour mettre à disposition les médias produit, citons comme exemple :

  • La galerie de projets Fab Manager qui a pour vocation d’accueillir la documentation élaborée par les makers dans le Fab Lab, et nous proposons des ateliers “Open Doc” pour aider les utilisateurs du Lab à mieux documenter leurs réalisations
  • La partie “dossiers” d’Echosciences qui permet de compiler et d’éditorialiser les contenus créés sur le territoire.

Comme nous l’avons vu plus haut, les plateformes et réseaux sociaux “généralistes” comme Youtube, Twitter, Instagram et Facebook sont également largement exploités pour héberger et partager les créations. Citons enfin Wikipédia qui constitue le socle de travail des éditathons et la plateforme itch.io sur laquelle les participants des Game Jams mettent à disposition leurs prototypes de jeux. Enfin, pour faciliter le partage et la réappropriation, nous incitons à mettre à disposition les contenus sous licence Creative Commons.

Vous l’aurez compris, toutes ces réalisations n’ont pas vocation à définir le Média Lab “canonique”. Il s’agit de pistes et d’expérimentations, qui doivent encore être développées, testées, évaluées à La Casemate et pourquoi pas chez vous. La discussion est ouverte en commentaire de cet article : selon vous, qu’est-ce qu’un Media Lab ? A quoi peut-il servir dans un contexte de médiation scientifique ? Pratiquez-vous déjà des activités proches de celles que nous venons de décrire ? Qu’en dites-vous ?


Notes

(1) Un Fab Lab est un atelier dans lequel tout le monde peut venir fabriquer des objets à l’aide de machines à commandes numérique. Notre Fab Lab a été l’un des premiers à être installé dans un centre de sciences et à proposer un accompagnement par des médiateurs scientifiques

(2) Echosciences est le premier réseau social territorial de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI). Il s’agit d’une plateforme où les amateurs et pros de la CSTI documentent collectivement les initiatives qu’ils mènent sur leur territoire