Un prix Nobel au lycée Emmanuel Mounier

Publié par Fanny Poinsotte, le 21 mai 2012   3.3k

Fanny Poinsotte, enseignante à Grenoble INP et une des responsables de la classe nanosciences revient sur la rencontre entre ses élèves et le prix Nobel de physique Albert Fert.

Jeudi 3 mai 2012,  Albert Fert, prix Nobel de physique, rencontrait les élèves de la classe nanosciences du lycée Mounier, dont il est le parrain [ndlr : lire notre précédent article sur la classe nanosciences]. Sa visite clôturait la deuxième édition de cette expérience éducative originale menée en partenariat avec l’école d’ingénieur Grenoble INP Phelma. Après un échange de courriers tout au long de l'année, Albert Fert a tenu à rencontrer ses filleuls et échanger directement avec eux.

Durant deux heures, devant une quarantaine d’élèves de Terminales Scientifique et Littéraire, des enseignants et personnels du lycée et de Grenoble INP Phelma, Albert Fert a « essayé de faire partager le plaisir que la recherche lui procure ». Mission accomplie. Sa première préoccupation a été d'instaurer au plus vite le dialogue et de casser la glace, de venir à bout de la timidité naturelle des élèves devant ce chercheur reconnu.

Les élèves de la classe nanosciences présentent leur projet

Il a ensuite exposé ses travaux qui lui ont valu le prix Nobel (conjointement avec Peter Grünberg) en 2007, sur la magnétorésistance géante et sur ses applications (tête de lecture des disques durs, MRAM, etc). Il a également évoqué le domaine sur lequel porte désormais ses recherches, l’électronique du spin.

Puis les élèves de TS1 lui ont présenté les activités  et recherches qu’ils avaient effectuées durant l’année scolaire dans le cadre du projet de la « classe nanosciences » : ils lui ont raconté avec leurs mots les différents temps du projet : les cours scientifiques donnés au lycée par des enseignants du supérieur, des chercheurs, tous spécialistes d’un domaine touchant aux nanotechnologies, la journée de travaux pratiques au Cime Nanotech (dans le cadre du programme Nano@school [ndlr : dont nous avons déjà parlé]), la soirée à la Maison de la Culture (MC2) où ils ont assisté à une  représentation théâtrale puis rencontré la metteuse en scène et son équipe. Ils ont aussi reparlé du débat citoyen, préparé dans le cadre des cours d’ECJS, sur le thème : « Nanotechnologies, jusqu’où peut-on changer l’homme ? », débat qu'ils avaient animé le 6 avril devant une soixantaine de spectateurs.

Une discussion à bâton rompu s’est alors engagée entre le prix Nobel et les lycéens curieux. De nombreuses questions ont fusé des plus classiques sur le prix Nobel, sur le monde de la recherche et comment on devient chercheur, sur les brevets et l’éventuelle tension entre équipes concurrentes à d’autres plus terre à terre : « Un prix Nobel prend-il une retraite ? », « A qui vont les royalties ? ».

Discussion entre Albert Fert et les Terminales Littéraires

Albert Fert a raconté comment à leur âge, il a hésité entre une carrière artistique (metteur en scène) et une carrière scientifique. Il a insisté sur le côté créatif de la recherche, sur la nécessité et le plaisir de travailler en équipe. Il a questionné les lycéens sur ce que le projet « classe Nanoscience » leur avait apporté en termes de découverte et d’ouverture, sur leur désir de poursuite d’étude. Les élèves de TL option arts plastiques du lycée, présentes, ont offert à Albert Fert une reproduction des œuvres qu'elles ont réalisées au cours de l'année sur le thème des nanosciences. Elles ont fait vibrer la fibre artistique du prix Nobel qui s'est intéressé à leur démarche de création, aux matériaux utilisés pour représenter le nanomonde...

Cette matinée restera un moment important pour toutes les personnes présentes. L'échange a été émouvant entre ces jeunes curieux et fascinés et ce grand monsieur qui acceptait de partager avec eux ce qui le fait avancer, vibrer, ce qui lui a permis d'obtenir ce prix Nobel. Albert Fert s'est montré ravi de cet échange et impressionné par le sérieux et l'implication, le niveau scientifique et la qualité d'écoute des élèves présents.

>> Illustrations : Alexis Sableaux / Grenoble INP Phelma