Une belle note au village des sciences

Publié par Angélique Carrara, le 16 octobre 2018   1.4k

Xl dlg 5.9

Une belle saison de la fête de la science vient de s’achever sur le territoire isérois. Comme chaque année, le master CCST était présent sur le campus universitaire de Saint Martin d’Hère. De l’eye tracking aux aurores polaires, en passant par la visite d’une centrifugeuse et l’observation du soleil, le programme était d’une grande richesse cette année.

Bien que ces animations mettent en avant une pléthore de sciences, l’une d’entre elles a particulièrement retenu mon attention. Pourquoi ? Parce que le sujet ne portait ni sur des molécules ou des ondes gravitationnelles, non, loin de là … Le thème n’était autre que la musique. Plus particulièrement de l’ingénierie dans le domaine musical. Intéressant, n’est-ce pas ?

Revenons 3 ans en arrière, lorsque le jeune Alexandre Albisser, étudiant en classe préparatoire d’école d’ingénieur à Grenoble, décide de révolutionner la guitare. Comment lui vient cette idée quelque peu effrontée ? C’est plutôt simple. Ce jeune musicien souhaitait améliorer son instrument pour faciliter son transport. S’il vous est déjà arrivé de porter votre guitare dans les transports en commun, alors vous comprendrez certainement son souhait. Doté d’une créativité débordante et ayant les connaissances nécessaires, il décide de se lancer dans le prototypage d’une toute nouvelle guitare avec une caractéristique bien spécifique : l’instrument est démontable.

Il commence donc en 2015 son premier prototype, qu’il nommera « Disassembly Line Guitar ».

Photo credit : Thomas Frey Maître Photographe

La particularité de ce prototype est que l’instrument se compose de cinq morceaux : le manche se divise en deux parties, et le corps en trois. Chaque pièce s’assemble avec un système de vis à emboiter dans les autres parties. L’objectif est de pouvoir faire rentrer l’instrument dans un sac à dos, et cette ambition est atteinte. Mais, par manque de temps, le projet est mis en pause pendant deux ans.

C’est une fois l’école d’ingénieur intégrée qu’il décide de reprendre le projet avec deux autres apprentis ingénieurs. L’un spécialisé dans la technologie, et l’autre dans les finances, notre jeune créateur détient désormais toutes les clés pour concrétiser le projet. Grâce au Pépite Ozer, ils se lancent dans l’entrepreneuriat, en parallèle de leurs études, et fondent le projet « Reveho ». L’année dernière, ils créent ensemble un deuxième prototype pour montrer la faisabilité du projet.




Ils mettent au point une guitare auto-amplifiée avec deux hauts parleurs sur le corps. Ce prototype est particulier car il ne fonctionne plus avec un système de vis, comme sur le premier prototype, mais avec des aimants sur le corps, et un emboitage au niveau du manche. Ainsi, les aimants permettent un montage de la guitare plus rapide puisque aucune manipulation n’est requise. L’objectif étant de faciliter la vie d’un musicien, l’assemblage de ce prototype est plus pertinent que le système de vis.

Le prototype n’est pas encore au point puisqu’il faut encore consolider l’assemblage du corps et travailler sur la tension des cordes. Cependant, les idées sont là : il y aura une sorte de levier pour retendre les cordes, et l’assemblage du corps sera consolidé à l’arrière de la guitare.

Ce projet plein d’ambition pourrait bien révolutionner le monde de la musique, et faciliter la vie des musiciens. Si vous êtes amateurs de guitare, n’hésitez pas à rencontrer ces jeunes ingénieurs pour échanger avec eux.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’instrument ou sur le créateur, n’hésitez pas à visiter le site internet du projet via ce lien : https://www.alexandrealbisser....