Full atoutcerveau

Communauté

Atout Cerveau

De retour de l'ISS, la gravité n'est plus naturelle pour le cerveau

Publié par Laurent Vercueil, le 27 mars 2016   1.9k

Xl capture du 2016 03 27 22 03 30

Vivre sans gravité peut gravement affecter le jugement que vous portez sur le comportement des objets. Sur Terre, on le sait depuis Newton, un objet qui est lâché, tombe irrémédiablement. Dans l'ISS (1), non. Il flotte devant vous, reste à disposition, ou, éventuellement gagne la cloison la plus proche. Vous lâchez votre verre, votre stylo, et vous le retrouvez tout à l'heure à la même place. Pratique, non ?

A peine revenu de l'ISS, l'astronaute Tom Marshburn a gardé de l'apesanteur quelques réflexes inappropriés sur terre, où tout est tellement lourd et stupide...

Les retours de l'espace ne sont jamais simples : troubles vestibulaires, douleurs musculaires cervicales (la tête pèse à nouveau sur la nuque) et hypotension orthostatique nécessitent souvent plusieurs semaines d'adaptation avant de retrouver des facultés adaptées aux conditions terrestres. Mais la représentation que nous avons du monde des objets qui nous entourent nécessite aussi une correction : il faut désormais se souvenir que les objets tombent.

Ainsi, les intuitions cérébrales dont il était question dans un billet précédent, sont susceptibles de plasticité, elles-aussi. Tout cerveau est habitué à déduire d'un objet qui traverse le champ visuel de haut en bas qu'il est en train de tomber. Cette évidence peut disparaitre et se trouver remplacée par une autre, selon laquelle, tout objet lâché devant soi y reste durablement (2).


>> Notes :

  1. ISS : International Space Station, la station spatiale internationale qui orbite à environ 400 kilomètres autour de la Terre
  2. Thomas Marshburn a passé environ 6 mois dans l'espace, entre décembre 2012 et mai 2013. C'est beaucoup, mais pas non plus extraordinairement long et on peut se demander comment ce temps limité a pu contre-carrer de telles intuitions cérébrales. Médecin urgentiste, il s'est volontiers prêté, pendant son séjour dans l'ISS, à la réalisation de vidéos didactiques, avec un certain sens du facétieux. En regardant plusieurs fois la vidéo, je n'ai pas pu me séparer de l'impression d'une certaine mise en scène (le bruit de la chute ne l'alerte pas, il a des coups d’œil rapides qui semblent bien orientés, etc...). si non è vero, è ben trovato.