Full atoutcerveau

Communauté

Atout Cerveau

L'incroyable histoire du saumon mort qui pensait encore

Publié par Laurent Vercueil, le 20 juin 2016   4.5k

Xl bennett salmon figure1

En juin 2009, à l'occasion du congrès HUMAN BRAIN MAPPING, un poster retint particulièrement l'attention. Pourtant les auteurs n'y faisaient rien d'exceptionnel : ils plaçaient leur sujet dans une IRM, lui présentaient des photographies montrant des personnes en situation d'interactions sociales, lui demandaient d'imaginer les émotions éprouvées par les acteurs, et mesuraient les variations de signal BOLD, censées témoigner, indirectement, de l'activité neuronale. Sauf que...

Afficher l'image d'origine

Sauf que le sujet de l'expérience était un saumon, "not alive at the time of scanning", c'est-à-dire, en un mot, mort. En effet, il avait été acheté le matin même à la poissonnerie du quartier afin de servir de "fantôme", soit, dans le jargon des imageurs, de témoin inerte permettant des mises au point méthodologiques. En l’occurrence, ici : un saumon.

Afficher l'image d'origine

Le problème étant que, soumis à un traitement statistique, certains des voxels (unité de volume sur laquelle la mesure est réalisée) démontraient des variations statistiquement significatives. En somme, la tâche de lecture des émotions humaines activait le cerveau du saumon mort ! Les auteurs prirent un malin plaisir à montrer l'image du cerveau de notre sympathique salmonidé un peu trépassé, s'activant devant le spectacle des embarras, joies et déceptions humaines (le point rouge sur l'image)

Bennett salmon figure1

Evidemment, il s'agissait d'un artéfact méthodologique, dont les auteurs étaient parfaitement conscients, et qui relevait du problème des comparaisons multiples. Etudiant les variations observées sur environ 130 000 voxels, le traitement statistique pouvait mettre en évidence des différences liées aux variations spontanées du bruit de fond. Plus on multiplie les tests, plus on a de chances de trouver une variation significative. Ainsi, en présentant ce "travail", les auteurs souhaitaient surtout souligner le risque qu'il y a à multiplier les comparaisons statistiques jusqu'à l'obtention d'un résultat significatif, qui peut, nécessairement, être lié au hasard.

* eut-il été vivant, que les données de l'expérience n'auraient pas été moins frappantes. Intitulé "Neural correlates of interspecies perspective taking in the post-mortem Atlantic Salmon: An argument for multiple comparisons correction", le travail dont les auteurs étaient des psychologues américains (Craig M. Bennett, Abigail A. Baird, Michael B. Miller et George L. Wolford) ne pouvait que susciter l'incrédulité : une perspective interspéciste ! (le poster est en ligne : ici)