L'espace demain, nouvelle frontière ou train-train quotidien ?

Publié par Marguerite Pometko, le 15 mars 2019   220

Xl nasa 45074 unsplash

Ce café a eu lieu au Café des Arts le mardi 12 mars 2019.

Depuis l’épopée lunaire d’Apollo, la présence humaine dans l’espace s’est cantonnée au séjour pour des durées variables d’astronautes dans des stations en orbite basse, à quelques centaines de km du sol (Skylab , Mir , Station spatiale internationale et chinoise). L’utilisation de l’espace s’est cependant considérablement étendue. Elle se fait principalement par le lancement de satellites autour de la Terre, pour des applications variées : essentiellement des besoins de télécommunications, multipliés par le développement d’internet et de la téléphonie mobile, mais aussi de surveillance de plus en plus précise, civile et militaire, de la Terre, voire l’observation de l’espace lointain avec des télescopes placés hors de l’atmosphère. Des sondes d’exploration planétaire sont aussi régulièrement lancées dans le Système Solaire pour visiter directement planètes, comètes, et astéroïdes. Elles fournissent souvent des images extraordinaires qui captivent le grand public (sonde Huygens sur Titan, robots martiens, sonde Philae sur la comète Tchouriumov-Gerasimenko, mission New Horizon …). Les projets spatiaux demeurent cependant de façon générale chers, et risqués.

Dans ces conditions, quel est le futur de l’exploration spatiale et de l’utilisation de l’espace ? En dehors des aspects de recherche fondamentale, seuls les satellites en orbite autour de la Terre sont-ils rentables économiquement ? Les projets d’exploitation minière des astéroïdes ou de la Lune sont-ils crédibles ?  Les voyages habités, soit sous forme de vols courts de tourisme spatial, soit sous forme de missions de longue durée comme sur Mars, vont-ils se développer ou resteront-ils à jamais des fantasmes de science fiction ? Peut-on rêver de quitter un jour notre système solaire ou est-ce illusoire ?

Les intervenants :

  • Wlodek KOFMAN, chercheur en planétologie, responsable d’instruments de sondes spatiales

  • Etienne le COARER, ingénieur de recherche, responsable d’un projet de nanosatellite

  • Marc SCHOTT, doctorant en astrophysique, passionné par les vols habités

photo : Nasa on unsplash

Documents associés à ce café :