SIDA et Maladies Sexuellement Transmissibles : où en est-on en 2017 ?

Publié par Gilles Grand, le 13 décembre 2017   230

Xl 7188498637 55445249a6 k

Café sciences et citoyens tenu le 5 décembre au Café des Arts.

Enregistrement ici

Depuis l’apparition des trithérapies il y a environ 20 ans, le SIDA est un sujet qui a perdu de l’importance dans les médias. Pourtant, même si on peut se réjouir de l’existence de traitements curatifs et maintenant préventifs, de nombreux problèmes demeurent. En l’absence de vaccin (qui semble très difficile à mettre au point), le nombre de nouvelles contaminations détectées en France ne baisse plus depuis plusieurs années et dépasse 6000/an. Dans certaines régions du Monde (Asie et Europe de l’Est notamment) on observe même de fortes augmentations. Par ailleurs, le SIDA est une forme d’infection sexuellement transmissible (IST), mais il en existe beaucoup d’autres – curables ou non - qui sont en augmentation régulière, générant des problèmes de résistance aux antibiotiques et aggravant le pronostic des malades du SIDA.

D’un point de vue sociétal, le sujet est complexe. Parmi les causes de la stabilité ou du regain du nombre de contaminations, on peut citer le manque d’information des citoyens concernés (forte ignorance de son statut sérologique, ignorance des risques pour les plus jeunes pour une partie des jeunes qui pensent que cela se guérit voire qu’il existe un vaccin, apparition et succès des sites de rencontres immédiates ...), et le fait que ces problèmes touchent beaucoup plus certains groupes de population « à risques » (prostitué.e.s, homosexuels masculins ou plus largement  HSH – hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, migrants) groupes qu’il faut informer spécifiquement sans les stigmatiser.

Un sujet qui touche à la sexualité est par essence délicat et complexe, mais nos intervenants auront probablement des idées plus précises sur ces questions et les moyens de progresser sur le sujet.

Intervenants:

  • Dr Suzanne Mawazini, médecin généraliste en centre de dépistage
  • Monika Steffen, chercheure SHS spécialiste de politiques de santé publique
  • Patrick Kashala et Gérald Burtin, militants associatifs dans une association de lutte contre le SIDA

Modérateur : Gilles Henri, CSCAG

>> Photo : Andrew Stevens (Flickr, licence cc)