Full image blog

Communauté

Le Master CCST

La folle histoire de l’espace : et après ?

Publié par Arthur Larpent, le 13 septembre 2017   250

Xl 33324231200 1f33d1c641 k

Notre extraterrestre national est à présent revenu depuis quelques temps de son évasion, et le retour sur terre ne fut pas des plus faciles. Subissant quelques séquelles sans gravité, Thomas Pesquet reposa ainsi le pied au sol avec soulagement, et ses 6 mois d’activité sur les réseaux sociaux ont continué à entretenir la fascination du public pour les étoiles. Terrain propice à l’imaginaire, la conquête spatiale reste un grand objectif humain, dont la faisabilité reste encore toute relative, chaque pas en avant entrainant la terrible prise de conscience de la distance restant à parcourir.

Pourtant, le vide spatial n’est plus l’obstacle qu’il fut par le passé. La rudesse de cet environnement est notamment remise en question par les récentes découvertes de l’INRA, qui a réussi à faire pousser des graines ayant séjourné plus d’un an dans l’espace ! Une avancée fertilisant les esprits de multiples hypothèses quant aux risques de contamination d’un environnement extraterrestre par les activités humaines, à l’opposé des scénarii appréciés d’Hollywood… Et si le vrai danger impliqué par la vie extraterrestre allait finalement à son encontre, le mal venant de nous plutôt que  d’« eux » ? Ce sentiment n’est pas atténué par les dernières actions d’un président américain versatile, dont l’impact est déjà préoccupant à l’échelle planétaire. De plus, la dimension économique du secteur se renforce à travers une privatisation progressive, entre Rocket Lab et son projet de lanceur bon marché, et le fondateur d’Amazon investissant dans le tourisme spatial, autant de facteurs multipliant les opportunités mais banalisant le voyage et potentiellement ses conséquences.

Si la colonisation d’autres planètes semble être une suite logique et inévitable aux pulsions exploratrices de l’homme, quelles en seraient les conséquences pour le milieu d’accueil ? Si la vie a pu se développer ailleurs, et constituer un écosystème fonctionnel sans présence anthropique, il est difficile d’imaginer les bénéfices que nous pourrions réellement lui apporter en allant frapper à sa porte... C’est cette simple pensée que devra conserver le nouvel Armstrong lorsqu’il fera le prochain grand pas décisif.

Crédit Photo : Thomas Pesquet ("Aurora")