Full 5510290600 523429d3bd b

Communauté

Science F(r)ictions

L'Intelligence Humaine : bientôt obsolète ?

Publié par Flavien Etheve, le 23 janvier 2020   1.4k

Xl donny jiang oezrm ea8v4 unsplash

Crédit photo : Donny Jiang 


J’ai décidé de m’exprimer, aujourd’hui, en rédigeant cette lettre ouverte. Ma situation, mesdames messieurs, n’est plus vivable. Ecrire mon désarroi c’est bien, mais à qui ? En effet je ne saurai pas à qui destiner ce message pour me plaindre de mon quotidien. Depuis que l’on a placé une Intelligence Artificielle à la tête de notre pays, les dirigeants humains n’existent plus. Cette décision a été prise suite au ras le bol de la population face à l’incompétence de certains hommes et femmes politiques. Programmée pour améliorer la société et éradiquer les inégalité, l’IA n’est pas obsédée par sa propre réélection ni soumises aux différents lobbys. Pourtant, l’arrivée de cette technologie est la cause de mes problèmes. Depuis la disparition de la « Télé-réalité politique » qui était à la mode en 2020, de nombreuses personnes se sont retrouvées au chômage. Je lance donc un appel à manifester, à qui veut bien l’entendre, contre la dictature de la perfection, ce samedi, au rond-point du Numérique à Paris. Mon ancien travail ? Journaliste politique sur l’une des chaînes d’infos en continu les plus suivies de la Vème République.

 

Vous l’avez sans doute compris dans l’introduction, je vais m’intéresser aujourd’hui à la place de l’Intelligence Artificielle dans notre société future. Déjà présentes dans nos films et séries, les IA ont l’air si parfaites qu’on en tomberait presque amoureux. De plus, la recherche dans ce domaine semble être le nouvel El Dorado des scientifiques. Bien que les opportunités liées à cette innovation soient très prometteuses dans de nombreux secteurs, je reste pourtant sceptique quant à son apparition.

 

J’ai eu l’idée d’écrire cette chronique après avoir vu le premier épisode de la saison 2 de Black Mirror « Bientôt de retour ». Dans cet épisode, Martha, inconsolable depuis le décès de Ash, son mari, décide de donner accès à toutes les données numériques de son défunt amour à une Intelligence Artificielle. Cet acte de désespoir et de chagrin permet de redonner vie « virtuellement » à Ash. Ainsi, Martha peut communiquer quotidiennement avec l’homme de sa vie, dont les réponses sont fabriquées par le programme informatique. Autre exemple, le film Her de Spike Jonze, raconte également l’histoire d’amour entre un homme et une intelligence artificielle. A vrai dire, je ne sais pas trop quoi penser de ce genre de relation ne l’ayant pas vécu moi-même… Cependant, si ces sentiments venaient à se démocratiser au cours des prochaines années, je pense que cela illustrerait la profonde solitude qui ronge la population.

 

Une relation sentimentale IA-Humain c’est bien beau mais d’un point de vue professionnel, où retrouverons-nous cette technologie ?

Et bien, partout où l’Homme est censé se servir de ses méninges ! Dans le monde juridique par exemple. Le cabinet d’avocats américain BakerHostetler s’est doté en 2016 d’une Intelligence Artificielle dont la mission est de seconder ses salariés dans des affaires de faillites d’entreprises. En fouillant à une vitesse phénoménale dans tous les textes juridiques, l’IA permet aux avocats de gagner un temps précieux.

Les médecins aussi pourront profiter de cette technologie ! L’Intelligence Artificielle, toujours forte de sa capacité à traiter énormément de données en simultanée, permettra de diagnostiquer plus efficacement les pathologies et assistera les chirurgiens lors de choix décisifs.

 

Jusqu’à présent je vous ai présenté l’Intelligence Artificielle comme outil au service de l’Homme. A votre avis, l’inverse est-il possible ? Serons-nous amené à travailler pour une IA ? Et bien c’est déjà le cas ! Au cours de mes recherches pour cette chronique, je suis tombé sur des cas où l’Homme est remplacé et ce à des postes décisionnels ou de direction. Par exemple, la société hongkongaise Deep Knowledge a inclus en 2014 une IA au sein même de son conseil d’administration. Cette décision a été prise afin de faire des choix financiers plus avantageux. Un peu plus au Nord-Est, l’agence de publicité japonaise McCann a promu en 2016 une IA au poste de Directrice de Création. Pour le moment les Intelligences Artificielles occupent des postes de direction aux côtés d’homologues humains. Leur apparition dans les hauts bureaux des entreprises soumise à la compétitivité, sera sans doute inéluctable dans les années futures.

 

Pour terminer cette chronique, j’aimerais revenir sur le questionnement qui m’a poussé à écrire l’introduction. Si l’Intelligence Artificielle est en capacité de mobiliser une quantité énorme de données en simultanée et ce plus efficacement que notre cerveau, si les décisions qu’elle prend sont les meilleurs, si elle n’est pas sujette à l’erreur humaine ni influençable par les sentiments, pourquoi ne pas confier notre avenir à une IA ? Un programme informatique autonome destiné à nous rendre heureux ne serait-il pas plus apte à nous gouverner plutôt que des politiques aujourd’hui très controversés ? La démocratie est-elle devenue obsolète ? A voir dans 50 ans ou dans un prochain film !

Flavien Etheve