Black Mirror : Signal d'alerte sur les dérives technologiques

Publié par Laura Roland, le 14 avril 2020   1.1k

Xl index

Black Mirror : Signal d'alerte sur les dérives technologiques


  Logo Black Mirror | Just a word

La série britannique diffusée depuis 2011, est aujourd’hui l’une des séries incontournables que vous devez absolument voir. Doublement nominée, par les Emmy Award et les Golden Rose Awards, elle fait son entrée sur la plateforme Netflix en 2016 ce qui lui a permis d’être encore plus largement diffusé. La série est composée d’histoires indépendantes qui chacune à leurs tours mettent en scène les dérives de la technologie. Et tout cela dans un décor fictif mais très semblable à  notre société. Contrairement à la plupart des films et séries qui mettent en avant les dérives scientifiques et technologiques comme “ready player one” Black mirror évolue dans un cadre avec nos codes sociaux. En clair pas de voiture volante ou de voyage à travers le temps mais simplement un monde où la technologie est plus performante, présente qu'aujourd'hui.

Chaque épisode nous amène doucement dans un monde où la science et la technologie prennent tous leurs sens. Les épisodes sont le reflet sombre de notre société et malheureusement ils mettent en scène un avenir plus ou moins proche. 

C’est pourquoi à travers l’analyse de six épisodes emblématiques nous allons vous montrer les messages cachés des dangers de la technologie.


Nosedive


Episode Nosedive | CNEWS 2018 - Netflix


Premier épisode de la troisième saison de Black Mirror “Nosedive” est un épisode bouleversant. Il met en scène une jeune femme Lacie qui évolue dans une société où la seule chose qui compte est la côte personnelle. Pour atteindre ses objectifs pas d’argent pas d’autre monnaie d’échange l’unique moyen être “coté” sur les réseaux sociaux. La multiplication des likes et des commentaires est le seul moyen de réussir, de se payer un appartement, une voiture... Cette jeune femme est prête à tout pour réussir et être la mieux notée quitte à en oublier la réalité. 

Une de ses amies d’enfance très bien notée sur les réseaux sociaux lui demande d’être sa demoiselle d’honneur Lacie y voit là une occasion d’augmenter sa cote et de réaliser ses rêves. Course à la réussite et à la fame la jeune femme se perd peu à peu dans le tourbillon des paillettes et dégringole très vite tout en bas de l’échelle pseudo sociale. 

La vie de Lacie vous paraît complètement sortie d’un mauvais livre de science-fiction. Et bien détrompez-vous ce système de notation de personne basé sur leurs positionnements sur internet existe déjà. 

En effet en Chine, le gouvernement a mis en place un système de notation globale pour sanctionner les mauvais comportements. 

Mis en place dans plusieurs villes chinoises le dispositif nommé “système de crédit social” collecte les données personnelles de 700 millions d’internautes chinois. 

Le risque comme l’illustre l’épisode et de transformer la société avec des individus totalement formater et d’effectuer un contrôle permanent sur ce qui se fait ce qui doit être fait. Là où la technologie permet d’analyser le comportement humain et de répondre à ses besoins peut transformer en manipulation douce de la société.


Retour sur image


Lentille de contact technologique | Healthcare 2015 - LUCERO Tomas.


Troisième épisode de la première saison cet épisode met en scène Liam un jeune homme qui évolue dans une société dans laquelle la technologie permet d'enregistrer à l’aide d’une lentille de contact et d’une puce située à l’arrière de l’oreille tout ce que l’on voit et entend. Cet enregistrement permanent peut être consulté à tout instant par son propriétaire. Les souvenirs sont ainsi gravés pour toujours. 

Liam utilise excessivement ce dispositif. Il consulte ces réunions de travail, ses sorties entre amis ... ce contrôle permanent le rend paranoïaque il doute de la sincérité de ses proches et analyse sans cesse leurs comportements. 

Peu à peu il commence à douter de la sincérité de sa femme Fiona. Malheureusement ses suspicions sur sa fidélité ce révèlent être vrai et cette situation le rend encore plus nerveux et fait basculer sa vie. 

À la fin de l’épisode nous voyons Liam seul chez lui il semble complètement anéanti. Il est en train de visionner des moments heureux de sa vie en boucle. Dès lors on comprend que le jeune homme a tout perdu et qu’il ne lui reste que ses souvenirs. Lassé de cette situation dramatique il décide de retirer la puce qui collecte ses souvenirs.

Vous aussi vous aimeriez visionner à nouveau vos souvenirs. Et bien figurez-vous que c’est possible. En effet de nombreuses entreprises travaillent sur le projet. Par exemple, Samsung a récemment déposé un brevet pour produire des lentilles de contact, connectées à leurs smartphones, et capables de mémoriser ce que vous voyez, vivez. En parallèle Sony et Google travaillent sur un concept très similaire. Mais le modèle le plus abouti revient à la compagnie de biotechnologie MHOX avec son projet EYE “Enhance Your Eye”. L’objectif est d’améliorer la vision au-delà des possibilités humaines, de mettre à profit la technologie pour sauvegarder nos mémoires. 

Il s’agit d’immortaliser puis télécharger des moments de notre vie que nous avons choisis. Selon Tom Gruber, co-créateur de Siri, les implants de mémoire sont une avancée « inévitable ».

Mais là où la technologie permettra de sauvegarder nos mémoires il est fort possible que comme Liam le héros de cette histoire nous perdions le contrôle. La possibilité de sauvegarder tous nos souvenirs peut nous transformer en réel mania du contrôle. Ce système peut devenir diabolique, contrôle excessif de nos mémoires, voyeurisme...


 Échanger avec les défunts comme dans Be right back


Episode Be right back | Overblock 2013


Le premier épisode de la saison 2 met en scène une jeune femme qui, après avoir perdu son compagnon, fait appel à un processus expérimental lui permettant d'interagir virtuellement avec un défunt afin de surmonter son deuil. Ce service exploite alors les données enregistrées sur Internet par le défunt de son vivant et génère de cette façon, des interactions sous forme de messages. Néanmoins, le spectateur s'aperçoit très tôt des côtés négatifs de cette pratique que le créateur de la série a minutieusement mis en avant. 

Il montre la dépendance qui se créait au fil du temps aux appareils avec lequel la personne échange ou encore l’inhumanité du corps qui ne mange pas, ne dort pas et ne ressent pas les sentiments. 

Cette technologie présentée finalement comme dangereuse et néfaste dans cet épisode n’a pas fait peur à la société Eternime qui a mis au point un dispositif similaire à celui présenté dans l’épisode. Cette start-up offre la possibilité aux personnes de créer de leur vivant, un avatar virtuel afin de devenir immortel. Ce dispositif se nourrit, comme dans l’épisode, des traces laissées de leur vivant sur les réseaux sociaux, les adresses mails ou encore les photographies et les vidéos. 

L’usage de cette technologie serait donc utile à la famille et aux proches du défunt puisque celle-ci fournirait des informations supplémentaires, des conseils et des interactions comme si la personne était toujours présente. 

Même si cette technologie en impressionne plus d’un, elle en effraie d’autres et pour cause. 

Les personnes utilisant cette technologie seraient confrontées à deux problèmes : le deuil ainsi que la dépendance. En effet, comment parvenir à guérir les blessures d’un deuil quand un dispositif permet d’échanger toujours avec cette personne qui n’est plus présente. De plus, on remarque que ce procédé peut amener certains utilisateurs à une dépendance notamment avec l’utilisation des appareils numériques pour communiquer avec le défunt. Nous savons que d’une part, l’utilisation abusive de ces technologies est mauvaise pour la santé mais d’autre part, elle amènerait dans ce cas précis à un isolement de la personne privilégiant plus les conversations virtuelles que les interactions avec de réelles personnes qui l’entourent. La morale que nous partage cet épisode et qui nous met en garde contre ce dispositif est que même la technologie, aussi performante soit-elle, ne peut remplacer le réel.


Metalhead : course poursuite contre la technologie


Robot chien dans Black Mirror | LIMA Fabricio.


Pour cet épisode, Black Mirror nous plonge dans un univers chaotique, aux couleurs noires et blanches, une première pour la série. Réalisé par David SLADE, il met en scène un monde où l’humain est proche de son extinction et traqué constamment par des robots chiens tueurs, les metalhead. La série nous offre alors 40 minutes de course poursuite effrénée entre une femme tentant de survivre et un chien robot ne souhaitant qu’une chose : l’éliminer. On peut alors se demander comment une telle technologie pourrait voir le jour dans notre monde ? Et comme Black Mirror n’est jamais très loin de la réalité, le robot Spot Mini à déjà vu le jour. Un robot copié à l’identique que ceux présent dans la série mais à une exception près, ils sont voués à aider l’humanité et non pas à provoquer leurs extinctions. 

Plutôt rassurant mais le seriez-vous toujours lorsque vous apprendrez qu’il existe des robots tueurs ? Certaines entreprises ont déjà mis au point des robots tueurs autonomes animés par de l’intelligence artificielle. Leurs utilisations seraient requises à des fins militaires et pourraient ainsi remplacer l’humain. On trouve en autres des drones tueurs équipé de la reconnaissance faciale et de 3 grammes explosifs ou encore des robots comme nous les connaissons déjà mais équipés de mitrailleuses, lance-grenades ou caméras de détection à infrarouge. Cela est encore plus effrayant quand nous apprenons que ces robots sont pour la plupart, autonomes c’est-à-dire qu’ils sont capables de sélectionner leurs cibles et choisir quand attaquer. Voici des technologies qui font froid dans le dos et qui inquiètent bon nombre de scientifiques et d’organisations. Elon MUSK aurait récemment poussé un cri d’alarme concernant l’intelligence artificielle et préconise une régulation, avis que partage également l’ONU qui souhaite faire interdire l’utilisation de cette technologie à échelle internationale. L’utilisation de ces robots aurait un impact direct sur plusieurs plans à commencer par l'éthique. La notion de justice perdrait de son sens car comment punir un robot pour les crimes qu’il a commis, au contraire de l’humain ? De plus, sur le plan pratique, toute machine est piratable. Si ces machines tombaient alors entre de mauvaises mains, elles pourraient être utilisées d’une autre manière que celle prévue initialement et pourraient être une menace pour l’homme. Développés, ils permettraient des conflits encore jamais atteints, à une rapidité qui dépasserait vite l’humain. Manipuler d’une mauvaise manière, ces robots pourraient devenir des objets de terreur ou des armes utilisées sur des personnes innocentes. Ainsi, l’épisode souhaite mettre en évidence un grand danger à court terme : l'intelligence artificielle et les robots. Ici, le message est quelque peu différent de celui que la série véhicule à son habitude. Il ne dénonce pas la technologie mais plutôt l’utilisation que l’humain.


Hated in the nation - Robobees : pour ou contre ?


Robobees | Journal du Geek 2014


Au début de l’épisode nous voyons une femme convoquée au tribunal, elle paraît anxieuse et bouleversée. Elle prend la parole pour raconter ses « souvenirs » nous comprenons alors que l’histoire qu’elle va raconter et en fait l’épisode lui-même.

Dans cet épisode nous suivons Karin Parke qui est une inspectrice en chef accompagnée de Nick Shelton et de sa nouvelle adjointe Blue Corson. Nous apprenons par la suite la mort de Jo Power, une journaliste provocatrice qui a publié un article qui fait polémique sur les réseaux sociaux. Elle était ainsi devenue la cible des internautes qui n’hésitaient pas à l’insulter et sont allés jusqu’à créer des hashtag tous plus violents les uns que les autres dont le hashtag #Deathto (mort à).

Cet évènement va mener les deux inspectrices sur une enquête palpitante !

Jo Power est retrouvée assassinée dans sa maison et son mari est transféré à l’hôpital inconscient. Pas de doute pour Katrin et Nick il s’agit de violences conjugales mais Blue ne veut pas se concentrer uniquement sur cette piste et veut chercher parmi les internautes qui s’en sont pris à elle sur les réseaux sociaux.

En parallèle un jeune rappeur fait également le bad buzz. Il a critiqué un jeune enfant sur un plateau télé et tout le monde s’en prend à lui sur les réseaux sociaux. Les internautes utilisent le même hashtag #Deathto ce qui attire l’attention des enquêteurs. 

Peu de temps après le jeune rappeur meurt à son tour et un robot abeille est retrouvé à côté de son cadavre. Les deux enquêtrices apprennent en même temps que l’autopsie de Jo Power à révéler la présence d’un robot abeille également… Étrange comme coïncidence n’est-ce pas ?

Ces robots abeilles sont mis en circulation par une entreprise pour maintenir l’écosystème en équilibre. 

Pour comprendre comment ses abeilles ont pu être impliquées dans des meurtres, elles décident de rendre visite au PDG de l’entreprise. Ce dernier va leur révéler une faille dans leur système de sécurité. Quelqu’un s’est introduit dans le système et a détourné deux drones abeilles de leur mission. Il leur explique cependant que c’est une action difficile et que cela ne peut être fait que pour un ou deux robots maximum.

Cela va donner une nouvelle tournure à l’enquête qui devient une affaire de sécurité nationale, Shaun Li un agent de la NCA intervient. 

Le #Deathto fait une nouvelle victime : Clara Meades ! 

Parke, Corson et Li doivent alors la mettre en sécurité le plus vite possible. Cependant cela ne plaît pas au hacker, en réponse il détourne tout un essaim en direction du lieu où est cachée Clara. Mais la mission a échoué Clara est décédée sous leurs yeux et Corson à beaucoup de mal à s’en remettre psychologiquement. 

L’enquête se poursuit et tous découvrent le responsable : Garrett Scholes. 

Et la préparez-vous le plus intéressant arrive !

Scholes prend le contrôle de tous les essaims du Royaume-Uni et… un peu de suspens il faudra voir l’épisode pour connaître la fin ! 

Cet épisode est riche en rebondissements mais hormis ce scénario impressionnant il laisse à réfléchir quant à l’utilisation des technologies. Dans un premier temps : les drones abeilles. 

La disparition des abeilles inquiète de plus en plus. En effet, elles sont indispensables à l’équilibre de l’écosystème. Au-delà du merveilleux nectar doré qu’elles nous offrent elles participent principalement à la pollinisation, il s’agit de la fécondation du pistil des fleurs par le pollen. Elles participent à 80% de la pollinisation d’espèce végétale et contribuent donc à leur survie. Leur disparition est la réponse directe à l’utilisation intensive de pesticides.

La chaîne d’alimentation américaine Walmart a déposé un brevet pour le lancement de drones abeilles pour polliniser des récoltes. Elles pourraient alors détecter le pollen grâce à des caméras et le transporter. D’autres organismes ont pris ce sujet à l’étude tel que Harvard, depuis plusieurs années ils travaillent sur la réalisation de Robobees. Cependant de nombreuses questions persistent : quelle batterie utilisée ? Comment faire communiquer ces robots entre eux ? Comment les contrôler à distance ? Greenpeace a également posé la question de l’éthique. 

Partisans ou non des robots abeilles la question se pose pendant que le nombre de disparitions de ces petits êtres vivants ne cesse de croître. 

Enfin dans un deuxième temps : les réseaux sociaux. 

Comme toutes nouvelles technologies ils possèdent des avantages et des défauts. L’écran qui se trouve entre les personnes permet une libération de l’expression, la liberté d’expression prend de l’ampleur avec internet. En effet, l’anonymisation entraîne les internautes à dire des choses qu’il ne dirait certainement pas si leurs identités étaient publiques. Ainsi l’acharnement envers certaines personnes sur les réseaux sociaux peut entraîner des actes irrémédiables tels que des suicides. Une jeune ado en Malaisie s’est suicidée après avoir posté un sondage sur un réseau social, ce dernier demandait si elle devait vivre ou mourir. Après reçu la réponse « pour » à 69% par ses followers la jeune fille de 16 ans a mis fin à ses jours. 

Cet événement tragique a suscité de vives réactions en Malaisie. La question de l’importance des réseaux sociaux et de leur danger dans la vie des adolescents n’est pas à négliger. 

Pour conclure nous pouvons nous appuyer sur cette citation d’Albert Einstein «"Il est hélas devenu évident aujourd'hui que notre technologie a dépassé notre humanité " En effet, dans notre société la technologie est souvent associée à une amélioration positive, par exemple la création d'Internet qui a révolutionné la production et l'échange des savoirs. Mais il est nécessaire de prendre conscience que poussée à l'extrême la technologie peut impacter négativement nos vies. En effet Black Mirror n'est pas seulement une série de science-fiction, elle peut être le reflet bien sombre de notre société à venir.


Bibliographie

Eternime. [en ligne]. Disponible à l’adresse : http://eterni.me/ (Consulté le 01/04/20)

FUTURA SIENCES Straub Patrick, L'abeille, sentinelle écologique [en ligne] 07/06/18. Disponible sur : https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/zoologie-abeille-sentinelle-ecologique-684/

KONBINI. le robot chien tueur de Metalhead dans Black mirror existe déjà. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://biiinge.konbini.com/series/video-robot-tueur-metalhead-black-mirror-irl/ (Consulté le 28/03/20)

LCI Daily Vern, R. L. E. (2019, juin 5). "Black Mirror" : 10 prédictions flippantes de la série qui existent déjà Disponible sur : https://www.lci.fr/psycho/black-mirror-10-predictions-flippantes-de-la-serie-qui-existent-deja-2123151.html

LE MONDE diplomatique Henneton, T. (2017, août 1). Science et prescience de « Black Mirror ». Disponible sur : https://www.monde-diplomatique.fr/mav/154/HENNETON/57757

RTL Marchal Quentin, Malaisie : une adolescente se suicide après un sondage sur Instagram [en ligne] 15/05/2019. Disponible sur : https://www.rtl.fr/actu/international/malaisie-une-adolescente-se-suicide-apres-un-sondage-sur-instagram-7797636184. (Consulté le 01/04/2020)

TV5MONDE, Robots tueurs autonomes : malgré une mise en garde de l’ONU, leur développement continue. [en ligne]. 16 juin 2018. Disponible à l’adresse : https://information.tv5monde.com/info/robots-tueurs-autonomes-malgre-une-mise-en-garde-de-l-onu-leur-developpement-continue-243991 (consulté le 29/03/20)

WIKIPEDIA. Bientôt de retour [en ligne]. 27 décembre 2019. Disponible à l’adresse : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bient%C3%B4t_de_retour (consulté le 28/0/20)

WIKIPEDIA, épisode de black mirror [en ligne]. 30/03/2020. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pisodes_de_Black_Mirror.  (Consulté le 31/03/2020) 


Écrit par Emma BLANC, Mailys BOUTEMINE et Laura ROLAND.