Les rêves lucides

Publié par Boisnard Chloé, le 30 mars 2022   520

Le sommeil est divisé en 5 différents stades qui sont l’endormissement, le sommeil lent dit sommeil réparateur, le sommeil lent léger, le sommeil lent profond et le sommeil paradoxal. C’est dans le sommeil paradoxal que nos rêves afflux. Ils proviennent des mémoires auditive, visuelle, celle du goût, du toucher et de nos émotions. Par exemple, certains individus reproduisent dans la réalité ce qu’ils font dans le monde des songes. Dans certaines situations, vous avez la sensation étrange de l’avoir déjà vécu. C’est normal car nous jouons ou rejouons ces situations que nous avions déjà expérimenté ou non. Cela nous permet de nous adapter à celles-ci. Vers le début de la vidéo “Le paranormal en questions : les étranges rêves lucides avec Bernard Werber”, il est mentionné que les jeunes vers l’âge de 10 ans font des rêves lucides mais n’en parlent pas. 

Alors que le rêve peut être perçu comme médiateur entre le conscient et l’inconscient, on intègre des faits réels, la langue maternelle, les gestes du quotidien ou des personnes réelles dans nos rêves, le rêve lucide quant-à lui est la mise du conscient dans l’inconscient, on devient conscient au sein de notre rêve.  

I- Le rêve lucide, qu’est-ce que c’est ?

Le rêve lucide peut être désigné comme les « rêves du rêve » et est reconnu légitimement dans le culture scientifique depuis 1968 grâce au texte Lucid Dream” de Celia Green. Ce sont les rêves où l’on est conscient de rêver et dans lequel nous pouvons agir. On peut donc se réveiller à l’intérieur de notre rêve et interagir dedans à notre guise. 

D’un point de vue extérieur, on pourrait l’identifier grâce aux mouvements oculaires qui peuvent mettre en avant que la personne est plongée dans un rêve lucide. La personne peut alors regarder où il souhaite, se répercutant sur son corps.

Dans la vidéo qui s’intitule “Le paranormal en questions : les étranges rêves lucides avec Bernard Werber”, l’écrivain nous dévoile une de ses expériences concernant les rêves lucides. Dans son rêve, Bernard Werber discute avec un groupe d’individus et il leur annonce qu’il va faire un tour de magie incroyable. Pour ce faire, il leur explique qu’il va compter jusqu’à trois et qu’à ce moment-là, il aura disparu. A la suite de ce tour, il se réveille dans son lit puis il recompte jusqu’à trois pour qu’à la fin il soit de retour dans son rêve. Il révèle avoir fait un aller-retour entre la réalité et le rêve.

II- Les méthodes pour y accéder

Il existe quatre principales techniques préconisées pour accéder au rêve lucide : 

  1.  L’attitude réflexivo-critique est une technique ayant pour principe de prendre l’habitude de se demander si l’on rêve ou non. Une fois devenu un habitus, la question pourra être demandée dans le rêve, se transformant ainsi en rêve lucide.
  2. La méthode MILD, de son nom complet “Mnemonic Induction of Lucid Dreams”,  préconise de se convaincre que l’on va faire un rêve lucide. On peut par exemple se répéter que dans notre rêve, on va pouvoir s’en rappeler et interagir dedans. Le but de cette méthode est de se persuader que cela arrivera pour augmenter les chances d’y accéder. On travaille alors sur le subconscient.
  3.  La méthode WILD, ou “wake initiated lucid dream”, consiste à essayer de se souvenir de son rêve une fois réveillé dans la nuit pour y retourner. Cela peut notamment se faire en se répétant une même phrase et en tachant de rester concentrer sur ce qui s’était passé. 
  4.  La méthode DILDou “dream initiated lucid dream”, est le fait d’essayer de remarquer des éléments irréels afin de prendre conscience que l’on est dans notre rêve. 

Pour autant, on peut noter qu’il existe d’autres techniques qui peuvent nous permettre de faire des rêves lucides comme le fait de se poser toute la journée si nous rêvons, de vérifier si nous sommes dans la réalité ou dans nos rêves, nous pouvons également verbaliser à l’heure du coucher que nous allons être conscient lors de notre rêve, il y a également le concept de jubjoter qui désigne le fait que nous retournons dans ”les bras de morphée” c’est-à-dire que nous sommes à moitié réveillé et que nous nous endormons mais cette fois en prévoyant les actions que l’on va faire, enfin à notre réveil nous pouvons noter nos rêves.

III- Sa représentation dans la culture littéraire et artistique

Film : Inception 

Bande-annonce officielle du film "Inception" (2010). Warner Bros. Tous droits réservés.

Dans le film Inception, on suit l’histoire d’un voleur nommé Dom Cobb. Il est aussi appelé "extracteur", désignant le fait qu’il puisse diriger ses propres rêves pour aller soutirer notamment des informations. C’est donc le même principe que le rêve lucide. Il contrôle ses rêves pour choisir ce qu’il va se passer.

Livre : Werber Le Sixième Sommeil 

Bernard Werber lit le début du livre "le Sixième sommeil". Tous droits réservés.

Dans le livre de Bernard Werber “Le sixième sommeil", on suit l’histoire de Caroline Klein et de son fils Jacques. Caroline est une neuro-scientifique spécialisée dans le sommeil qui fait des crises de somnambulisme. On découvre dès le début du roman qu’elle travaille sur un projet secret. Au fil de l’histoire nous découvrons que ce projet lui permettrait de contrôler et de faire disparaître ses crises afin de ne plus mettre son entourage et elle-même en danger. Pour cela, elle va partir dans une île rencontrer un peuple qui s'appelle les “Senoïs”. Ce peuple va lui parler des rêves lucides c’est-à-dire que la personne qui est en train de rêver à conscience d’être dans son rêve et que cette personne peut contrôler ses faits et gestes dans celui-ci. À partir de là, elle va essayer de parvenir à ce sixième stade du sommeil où l’on peut devenir acteur de nos rêves.  Par ailleurs, son fils Jacques va l’aider dans ses recherches car lui-même à fait l’expérience d’un rêve lucide en rencontrant son lui du futur. 

Pour conclure...

Bien que cette perspective puisse donner envie à plus d’un d’entre vous, il faut malgré tout être conscient des dangers possibles. En effet, cette pratique a des effets négatifs à prendre en compte au préalable. On retrouve par exemple la paralysie du sommeil. En effet, malgré que l’on soit conscient de ce qui se passe dans notre rêve, notre corps, lui, ne peut pas bouger. On peut donc rester paralysé face aux événements qui se dérouleront pendant notre sommeil. Ou encore le “cauchemar lucide” qui, bien que moins violent puisque l’on peut le contrôler, peut rester très effrayant à vivre notamment pour les plus jeunes. Enfin, il faut faire attention à toujours bien délimiter ce qui est du rêve de ce qui est de la réalité afin de ne pas briser les frontières. Ce que l’on vit dans un rêve lucide doit rester de l’ordre du rêve et ne pas interférer avec notre vie.

Le monde des songes recèle bien des mystères. Le somnambulisme en fait partie car les personnes qui souffrent de ce trouble se réveillent lors du sommeil lent mais ne s’en rendent pas compte. Ceci se nomme le “réveil imparfait” car lors de leur éveil, ils sont dans un état comateux et ils reproduisent leurs rêves. Cependant, les crises de somnambulisme peuvent avoir des conséquences graves sur la personnes concernée et son entourage. Par exemple, ces personnes peuvent se réveiller sur le rebord d’une fenêtre car dans leur rêve, ils étaient sur le point de voler. Une des autres conséquences est qu’ils peuvent tout oublier dès leur véritable réveil. Cela fait donc réfléchir sur le pouvoir de l’inconscient et son impact sur notre vie de tous les jours.

Bibliographie :

  • Werber, B. (2015). Le sixième sommeil.  Albin Michel. 

  Sitographie : 

  • Christopher, N. (réalisateur). (2010). Inception. [film]. Warner Home Video. 

 


Article rédigé par Boisnard Chloé, Grison Maud et Montel Célie.