Cache-cache avec la plus grosse abeille du monde

Publié par Emilie Demeure, le 4 mars 2020   1.7k

Xl hummel 1353423 1920

Dans ce flux de mauvaises nouvelles constants : réchauffement climatique, baisse des ressources naturelles, effondrement des espèces, etcetera. Mais parvient plus difficilement à nos oreilles les bonnes nouvelles comme la réapparition d’une espèce classée disparu d’abeille et pas n’importe laquelle, la plus grosse !

 

Une petite histoire dans la grande Histoire

  Megachile pluto ou abeille géante de Wallace est l’abeille la plus grosse du monde avec pour les femelles une taille, du dard aux mandibules pouvant aller jusqu’à 38 millimètres et une envergure de 63,5 millimètres. C’est trois fois la taille de nos jolies petites abeilles à miel ou la taille d’une reine d’une colonie de frelons européens. 

H.M.S Beagle
"HMS Beagle in the Galapagos" par John Chancellor. © Dr Gordon Chancellor


Elle tient son nom d’Alfred Russel Wallace qui voguait à bord du H.M.S Beagle, navire de la Royal Navy, au côté du célèbre Charles Darwin au milieu du XIXème siècle et avec qui il a mis au point la théorie de l’évolution. En effet, pendant que Darwin explorait les îles des Galápagos, Wallace s’aventure sur l’archipel Malais (Singapour, Malaisie, Indonésie et Timor-Oriental). Il décrit l’abeille en 1869 comme un insecte noir ressemblant à une guêpe avec une immense rayure et un an plus tard elle sera nommé Megachile pluto. Puis plus rien, plus aucune trace d’elle, le jeu de cache-cache entre les scientifiques et la plus grosse abeille du monde commence. Elle est donc classée espèce disparue peu de temps après sa découverte.

C’est alors plus d’un siècle plus tard, en 1981 que Adam Catton Messer redécouvre l’abeille géante de Wallace en Indonésie et l’étudiera pendant 3 ans. Pourquoi seulement 3 ans ? Elle a tout simplement re-disparu à la barbe et au nez des chercheurs. Elle est ensuite de nouveau réapparue en 1991, un spécimen a été collecté par un scientifique français et de nouveau plus de nouvelle de cette grosse bête. Mais ce fut récemment, en février 2018 pour être plus précis, qu’une abeille géante de Wallace naturalisé a été vendue à un collectionneur privé pour la modique somme de 8000€. Puis, rebelote en septembre 2018 avec la vente d’un autre spécimen, pour le prix de 3645€. Lors de ces ventes, l’espèce est encore officiellement considérée comme éteinte.  Ce ne sera que début 2019 qu’une équipe de scientifiques retrouvera la trace de l’abeille géante de Wallace vivante en Indonésie et la déclasse de son statut d’espèce disparue.

 

Le point écologiste

Megachile pluto
Megachile pluto face à une de nos abeille à miel

Pour le côté écologiste : Megachile pluto est une abeille solitaire vivant dans des termitières en activité, au côté des termites de l’espèce Microcerotermes amboinensi uniquement. Elle vit dans une partie de la termitière qu’elle réaménage pour en faire son nid avec de la fibre de bois récupéré grâce à ses imposantes mandibules. Elle possède de ce fait un très haut degré de spécialisation écologique car elle ne peut pas vivre séparée de ces termites hébergeurs. C’est pourquoi cette espèce est dite endémique, cette diva n’accepte nul autre hôte que ces termites seulement présents en Indonésie et ne peut vivre sans eux, elle est donc seulement présente en Indonésie.


Et maintenant ?

Dans un contexte de déforestation et de développement d’agriculture intensive, la plus grande abeille du monde est également menacée par un nouveau marché des espèces rares. Cela pose la question sur la conservation d’espèces tel que Megachile pluto et d’autres espèces sur le marché internationale.

L’abeille géante de Wallace est classée en tant qu’espèce vulnérable sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) mais sa commercialisation n’est pas protégée par la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). En effet, l’espèce n’apparaît pas sur l’annexe I qui se présente comme une liste. Les espèces qui y sont présentes sont les plus menacées. Couvertes par CITES et présentes dans l’annexe I, ces espèces sont interdites à la commercialisation internationale. Si nous jetons un coup d’œil aux insectes présents sur cette liste, nous remarquons que seulement 5 espèces y sont présentes et seulement des espèces de papillons géants… 

Cet article était focalisé sur une espèce en particulier mais la question de la protection insuffisante des insectes peut se généraliser à tous les invertébrés en réalité. La cause est en partie due aux manques de données sur certaines espèces difficilement observables mais aussi en partie par le manque d’intérêt du public. Si tous le monde connait les animaux emblématique tel que l’éléphant, le tigre ou encore le lion  des espèces comme l’abeille de Wallace reste très peu médiatisées et connues. 


Crédit photos : 


Pour aller plus loin :