Conclusion sur nos découvertes à EXPERIMENTA, LE SALON

Publié par Isaora Bacquet, le 4 décembre 2022   450

Du 12 au 22 octobre 2022 a eu lieu à Grenoble la très attendue EXPERIMENTA, la Biennale organisée par l'Hexagone sur une thématique relativement singulière : l’Art-Science. Les étudiants du Master 1 Communication et Culture Scientifiques et Techniques (CCST) ont eu le privilège de couvrir cet évènement.

Notre équipe, composée de Margaux, Emmy, Stéphane, Garance et Isaora, a travaillé sur le thème « Le Vivant s’invite au Salon ». Cette thématique permet de s’interroger sur ce qu’est le vivant et de questionner les liens que les scientifiques et les artistes entretiennent avec la nature et l’écologie.

C’est le 6 octobre 2022 qu’a eu lieu le premier brief de l’équipe de communication, pendant lequel on nous a suggéré un programme à suivre pour découvrir les liens étroits qu’entretiennent l’Art et la Science. Très vite, nous avons discuté des formats envisagés, avec l’envie première de réaliser des interviews croisées artistes/scientifiques. La veille de l’évènement, nous nous sommes réunis pour discuter de nos objectifs et vérifier que nous avions le matériel adéquat pour capturer du contenu.

Malheureusement, ce vendredi 21 octobre au matin c’est sous une météo pluvieuse que nous avons découvert l’Art-Science. Une première difficulté s’est présentée dès notre arrivée: sur la plupart des stands nous ne rencontrions qu’un médiateur et non l’artiste et/ou le scientifique. Bien que les médiateurs présents furent tout à fait à même de nous parler des différentes œuvres présentes, cela desservait nos objectifs d’interviews croisées.

La première performance à laquelle nous devions assister, la Kinesphère 8.0, a été annulée à cause de la pluie. Toutefois, les concepteurs de l’œuvre avaient créé en intérieur une réplique de cette installation, ce qui nous a permis d’en découvrir les secrets avec Adrien Bardet, le responsable scientifique.

Notre périple nous a mené jusqu’à l’œuvre de Gaëtan Robillard Critical Climate Machine, représentant les données issues de la désinformation sur le réchauffement climatique. L’artiste Filipe Vilas-Boas nous a présenté ses œuvres Dumb city, Data driven et La ligne Rouge. Puis, nous sommes sortis pour découvrir la performance Les Charbonniers, qui s’est ponctuée par un échange avec un médiateur et l’artiste Sébastien Perroud.

Au Y-spot, l’équipe s’est scindée en deux, car les œuvres que nous souhaitions voir étaient victimes de leurs succès. Seuls deux d’entre nous ont pu voir le film 3D Atom. Toutefois, nous avons eu l’opportunité d’assister ensemble au spectacle Flying bodies across the Fields, capturant au passage un bel échange entre l’artiste et le scientifique pour notre première interview croisée !

L’après-midi a été riche : nous avons pu assister à une expérience sonore singulière avec le Journal d’une expédition sonore créé par le collectif n+1, qui nous a été davantage expliqué au terme de ce voyage sonore de 45 minutes.

La performance Dancing is in my blood a créé l’unanimité avec ses modules robotiques articulés qui se mouvaient dans l’espace au son des violes de gambe tandis que l'œuvre 730 hours of violence nous a longuement fait réfléchir sur les problématiques soulevées par le médiateur Arthur Vial.

Dans un tout autre registre, nous nous sommes plongés dans l’obscurité pour l’atelier Espace vert, pour créer nos propres encres végétales à partir de plantes récoltées par nos soins avant de conclure cette journée avec le spectacle Destin, dont nous n’avons eu cesse d’entendre parler pendant notre temps à EXPERIMENTA, LE SALON.

Le détail des œuvres rencontrées lors de cette journée est disponible dans 4 vidéos ainsi que des articles échosciences, des tweets et un post Instagram.