Atelier de la CST n°1 : Ecriture d'un article vulgarisé et mise en ligne sur Echosciences

Publié par Anais Chery, le 20 décembre 2017   1.6k

Xl dqc4sjfueaatic0.jpg large

Retour sur le premier Atelier de la CST organisé par la Direction de la culture et de la culture scientifique de l'Université Grenoble Alpes. Cet article, vous familiarise avec les codes de l’écriture d’un article et vous guide dans les bonnes pratiques de vulgarisation. Les objectifs de cet atelier :

  • comprendre la structure d’un article
  • rendre accessible à des lecteurs non-spécialistes les sujets sur lesquels vous travaillez
  • utiliser la plateforme Echosciences Grenoble pour valoriser votre article et communiquer dessus

Comment vulgariser en bref ?

Au cours de cet atelier, les participants ont échangé avec Aleksandra Bogdanovic-Guillon, journaliste scientifique et directrice de l’Agence Science et communication à Grenoble, autour des bonnes pratiques de vulgarisation. Même si vous avez de bonnes aptitudes à la communication, la vulgarisation scientifique est un art qui s'apprend.

  • Racontez une histoire : pour capter son intérêt
  • Souciez-vous du public : Votre objectif n'est pas de vous faire valoir en étalant vos connaissances, mais plutôt de les communiquer au public en tenant compte, d'abord et avant tout, de ce qu'il désire.
  • Ne cherchez pas à tout dire : Limitez-vous à quelques éléments clés.
  • S'exprimer simplement : En vulgarisation, l'objectif n'est pas de jouer les savants ni les professeurs.
  • Soyez concret : Les phrases vagues et les généralités sont à éviter.
  • Donnez des exemples : Sachez rendre votre propos vivant et imagé. Pourquoi pas introduire un peu d'humour et anecdotes.

Comment écrire un bon article ?

Grâce au guide des bonnes pratiques réalisé par Aleksandra Bogdanovic-Guillon, vous avez toutes les recommandations nécessaires pour vous lancer dans la rédaction de votre article vulgarisé.

Une autre astuce qui peut vous aider : tous à vos post-it !
Avant de commencer votre article, écrivez sur un post-it "J'aime un article quand/parce que..." et mettez-y tout ce qu'il vous plait.

J'aime un article quand...
...je vois une utilité immédiate au savoir.
...je sens que je vais retenir des choses.
...j'ai compris le contenu et que je me sens capable de l'expliquer à quelqu'un.
...il est court, clair et efficace.

Sur un autre post-it, écrivez ce que votre public doit retenir de votre article.

Une fois tous ces post-it faits, mettez-les de côté et lancez-vous dans l'écriture de votre article. Une fois l'article terminé, reprenez vos post-it et relisez votre article... Est-ce qu'il répond à vos attentes ? Vos post-it sont votre bouée de secours, votre fil rouge.

Paroles de participants

Nous avons interviewé Frédérique Freund, Doctorante en sciences du langage, spécialité didactique et linguistique, et participante de l'atelier.

Pourquoi souhaitez-vous écrire des articles vulgarisés ?

En tant que doctorante et enseignante, je pense que la médiation scientifique fait partie intégrante du métier d'enseignant-e-/ chercheur-e. Or, partager les connaissances et les méthodes scientifiques avec un public de non-spécialistes, ou de futurs spécialistes dans le cas des étudiants, implique de sortir de temps en temps de nos cercles habituels, de s'approprier d'autres supports et d'adopter d'autres codes de communication pour aller "chercher" ce public. Je trouve aussi que la rédaction vulgarisée est un exercice très utile pour celui ou celle qui le pratique car cela oblige à synthétiser son argumentation, dégager les idées-forces des idées secondaires, et se poser des questions sur l'impact de sa recherche sur les individus et sur la société.

Quels outils et idées retenez-vous pour rédiger un article vulgarisé ?

Je retiendrai le principe de la méthode "POP" : bien définir son public, ses objectifs et sa posture avant d'entamer la rédaction afin de faire du "sur mesure". L'idée de cultiver une empathie avec le lecteur, soit une certaine forme d'altruisme, m'a beaucoup parlé aussi. La vulgarisation est aussi un savoir-être, pas seulement un savoir-faire.

Et maintenant ? Quelles sont vos prochaines actions de CST ?

Je me suis inscrite à l'Atelier de la CST "La BD au service de la vulgarisation"qui a lieu en mars 2018. Je pratique le dessin et ça m'intéresse beaucoup de pouvoir conjuguer cette passion avec mon travail de recherche, dans des projets plus créatifs. Et j'hésite à m'inscrire au concours "ma thèse en 180 secondes". Ce serait un beau défi !


Retrouvez un exemple d'article réalisé par les participants ICI.

Merci aux participants ainsi qu'aux intervenants : Aleksandra Bogdanovic-Guillon et Marion Sabourdy. Merci également à Laurence Raphaël et Antoine Depaulis pour leurs témoignages sur la plateforme Echosciences. Enfin merci aux collègues de la BU des sciences pour leur accueil dans leur belle salle de formation.