Fonte du permafrost : un risque sanitaire pour l'Homme ? - Echosciences sur RCF Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 12 octobre 2023   490

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

La chronique du 12 octobre 2023, par Marion Sabourdy, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Marion Sabourdy, Responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble à Territoire de sciences. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Marion !

Bonjour Nicolas !

Alors Marion, aujourd’hui, vous allez nous parler du pergélisol. Qu’est-ce donc que cela ?

Vous le connaissez peut-être sous le nom anglais de permafrost, Nicolas. Ce mot qualifie les sols gelés dont la température reste sous le seuil de 0°C pendant au moins deux ans. Cela représente près de 20% de la surface de la Terre, principalement dans les hautes latitudes comme au Groenland, en Sibérie ou en Alaska mais aussi dans les hautes altitudes comme dans les Alpes.

Si je me souviens bien, c’est dans ce type de sol, en Sibérie, qu’on a retrouvé des mammouths très bien conservés.

Tout à fait Nicolas. Des mammouths laineux momifiés, parfois très bien conservés, mais aussi des habitants moins sympathiques comme des gaz à effet de serre, des virus ou des bactéries…

Sans mauvais jeu de mot, ça fait froid dans le dos… Mais si le CO2 est piégé dans le sol et si ces micro-organismes sont gelés, il n’y a pas de risque, non ?

C’est bien là le problème, Nicolas… Avec le réchauffement climatique, le pergélisol est en train de fondre, ce qui entraîne tout un tas de conséquences préoccupantes, comme l'affaissement des sols et la libération du CO2 et des micro-organismes. Ceux-ci pourraient être libérés lorsque la carcasse d’un animal emprisonné dans le pergélisol est décongelée. Les pathogènes comme les virus gérants en font partie. Au risque de vous effrayer encore, Nicolas, à l’heure actuelle, il n'existe pas de consensus scientifique pour savoir si ces virus représentent un danger ou non pour l'Homme.

Bon, pour les virus, on n’est pas sûrs… Mais pour les bactéries ?

Les bactéries pourraient poser davantage de problèmes, surtout si des organismes résistants aux antimicrobiens étaient libérés. Et selon l’article d’Echosciences sur lequel je base cette chronique, de nombreuses études ont démontré que des gènes de résistance aux antibiotiques ont été découverts dans des échantillons de permafrost. En tout cas, pour les bactéries aussi, les risques que cela pourrait engendrer sont encore débattus à ce jour.

Merci Marion pour ces infos sur le pergélisol. Je crois que vous souhaitez toucher deux mots sur le contexte de création de cet article.

Tout à fait Nicolas. Cet article a été rédigé par Anouk Collomb-Clerc & Lucie Mistrulli, deux étudiantes ayant suivi l'enseignement transversal "Vulgarisation scientifique et écriture journalistique" proposé à l'Université Grenoble Alpes. Leurs enseignantes sont Laura Schlenker et Sandy Aupetit, que je salue. Je ne peux que vous recommander la lecture de tous les articles d’étudiants, dans le dossier “Need'Info : Le Webzine étudiant 100% sciences !”.

Le tout sur Echosciences-Grenoble.fr. Merci beaucoup Marion pour toutes ces informations.

Avec plaisir Nicolas. A bientôt !

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)