In-PACTE Saison 2 : La gestion collective de la crise dans le réseau de soins territorial

Publié par Laboratoire Pacte, le 27 octobre 2021   300

Xl visuel saison 2 echoscience caroly

Aujourd'hui, le plateau de In-PACTE a reçu Sandrine Caroly, professeure en ergonomie, qui s’est intéressée aux cellules de crise dans le cadre de la pandémie de la covid-19.

 L’ergonomie dans la gestion de crise

Pour introduire le sujet, il est bon de rappeler qu’un ergonome analyse le « travail » avec le « travailleur » sur le terrain, pour essayer de comprendre les difficultés rencontrées dans l’exercice de ses fonctions. Cette observation permet ainsi de confronter l’opérateur à son activité afin de proposer une optimisation de sa situation de travail. Cela peut passer par une adaptation du poste de travail, par des changements d’organisation ou encore des transformations des relations entre les professionnels ; toujours dans le but d'améliorer leur santé, leur sécurité, leur bien-être et le développement de leurs compétences.

Par conséquent, lorsqu’une crise globale survient, l’ergonomie se présente comme un outil stratégique dans l’adaptation des milieux professionnels. Dans ce cadre, Sandrine s’est penchée sur les retombées de la pandémie de la covid-19 sur le milieu hospitalier, afin d’étudier le déploiement de cellules de crises spécialisées pour y faire face.

La cellule de crise comme organe de décision

Cette recherche consiste en un suivi longitudinal des cellules de crise à partir de mars 2019. Une approche qui se caractérise donc par un temps long afin de comprendre la crise sous toutes ses temporalités et de pouvoir anticiper son évolution future. Derrière ce suivi, l’objectif est d’observer la coopération des acteurs dans le milieu hospitalier en pleine pandémie, essentielle dans un tel contexte. Elle s’est donc manifestée à travers la mise en place d’une cellule de crise, véritable organe de décision qui a réuni un grand nombre de spécialistes pour établir un plan d’action : Comment trouver du gel hydro alcoolique ou des masques ? Comment organiser les circuits de soin ? Comment libérer des lits dans les services d’hospitalisation ? Toutes ces questions ont été posées au sein de la cellule de crise, dans l’idée que les acteurs puissent trouver des solutions ensemble.

Un rapprochement des acteurs du territoire local

A Grenoble, l’impact de la crise ne s’est pas fait sentir aussi vite que dans les régions voisines. Le milieu hospitalier a donc mis à profit cette latence afin de s’organiser au mieux en amont du confinement. Là où la situation est intéressante, c’est qu’une fois ce premier cap passé et le déconfinement acté, la cellule de crise a été maintenue, suite à une véritable volonté des acteurs de continuer à collaborer en collectif. En effet, leur rapprochement a révélé des faiblesses communes, notamment en termes de pénurie de soignants ou de difficultés organisationnelles. Le maintien de cette collaboration s’est avéré salutaire lorsqu’est arrivé le vrai pic épidémique à l’automne 2020 et que le collectif a pu mettre en place des solutions innovantes propulsées par une affinité à travailler ensemble déjà bien établie.

Ainsi, la cellule de crise grenobloise a élargi l’horizon au-delà des seuls locaux du CHU, en mettant en place un système de circulation de l’information pour gérer au mieux les patients et optimiser la répartition et la mobilisation des médecins généralistes et laboratoires d’analyse privés. De ce fait, la crise s’est avérée moins rude qu’elle aurait pu l’être et les observations de Sandrine ont montré une véritable solidarité, qui s’est construite pendant cette troisième étape de pic épidémique.

Un collectif qui s’est tout de même retrouvé désorganisé à partir de janvier 2021, du fait des injonctions gouvernementales sur la vaccination et le test, mais qui a finalement rebondi en maintenant la cellule de crise comme organe de régulation de l’information. De fait, les acteurs impliqués restent en lien et réfléchissent à présent à mettre en place un groupement professionnel de santé sur le territoire. La mutation d’un travail collectif en collectif de travail est donc bien ancrée et la cellule de crise grenobloise se définit finalement comme un lieu de partage, à la fois d’information mais aussi d’émotions et de valeurs, pour faire face aux difficultés rencontrées tout le long d’une crise sanitaire qui se prolonge encore aujourd’hui.

Retrouvez tous les épisodes de In-PACTE sur :

Acast : https://shows.acast.com/in-PACTE

Spotify : https://open.spotify.com/show/2PH1zBR9gHghtQrB8lxD55

Deezer : https://www.deezer.com/fr/show/2336642

Apple Podcast  : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/in-pacte-le-podcast-qui-donne-la-p...

YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCW4hfhliDqy_qytMKus6ktQ/

 

In-PACTE est une création du service communication de Pacte et d'Emilie Wadelle