Retour sur la 4e édition de Sharin' Grenoble: entretien avec Jaclyn Rosebrook

Publié par Grenoble ville de demain, le 20 juin 2019   770

Xl jaclyn rosebrook

Jaclyn Rosebrook est enseignante ainsi que responsable développement durable au sein de Grenoble Ecole de Management. Nous la rencontrons aujourd’hui pour discuter de l’évènement Sharin’ Grenoble, qu’elle co organise. La quatrième édition s’est déroulée le 5 avril dernier.

Qu’est-ce que l’évènement Sharin’ Grenoble ?

L’idée derrière Sharin’ Grenoble est de faire connaitre et partager les travaux de nos chercheurs, sur les thématiques de l’économie sociale et solidaire, au sens large. L’objectif est également de co construire des connaissances sur ces questions et de les rendre visible au grand public. C’est aussi un moyen pour les étudiants de GEM et d’autres établissements, de rentrer en contact avec ces thématiques.

La journée se divise en deux temps avec un premier moment de rencontre suivi de contenus académiques ; cette année sur l’innovation sociale et les nouveaux modes de gouvernance. L’après-midi, nous mettons en place des ateliers qui ont évolué vers des formes participatives avec l’implication de nos chercheurs. Ils étaient au départ consacrés à de l’accélération de projets.
L’évènement Sharin’ Grenoble est issu d’un projet étudiant ; ils sont toujours impliqués dans le projet aujourd’hui. Une équipe d’environ dix personnes participe au montage de l’évènement et une association étudiante est impliquée : ImpAct.

Entre conférence académique et ateliers de réflexion, qu’est-il ressorti de cette 4e édition ?

Quatre ateliers étaient proposés cette année. Un premier portait sur les business model de l’inclusion avec Caroline Gauthier et Adélie Ranville. C’était un mini-cours sur les différents business models et leur utilisation comme levier pour favoriser l’inclusion. Un second atelier portait sur les nouvelles formes de gouvernance participative, avec l’intervention d’Hélène Picard et Thibault Daudigeos. La discussion revenait sur les paradoxes et défis de la libération du travail grâce aux nouvelles formes de gouvernance. Un troisième atelier était consacré à la mesure de l’utilité sociale avec l’intervention de Fiona Ottaviani et Annabelle Berthaud. Enfin un dernier atelier s’interrogeait sur l’innovation sociale dans le secteur de l’énergie et le thème de l’énergie citoyenne, avec Anne Lorene Vernay et Carine Sebi.

Environ 150 personnes et plus de 50 structures étaient présentes. La grande majorité est composée d’associations, de start-ups et autres porteurs de projet du milieu de l’économie sociale et solidaire, ainsi que nos partenaires institutionnels comme Ville de Demain. Nous sommes très satisfaits de ces résultats car l’objectif est d’amener ces nouveaux acteurs à GEM. Ils peuvent ensuite impacter notre culture d’établissement.
Le public présent était très satisfait du contenu proposé, même si certains auraient voulu des ateliers plus longs. Nous devons encore réfléchir à quelle forme pourrait prendre ces
évènements dans les années à venir, quels sujets nous voulons aborder, de quelles façons et si Sharin’ Grenoble doit devenir un évènement plus conséquent.

Le territoire grenoblois occupe-t-il une place particulière dans ses réflexions ?

Nous avons la chance d’avoir un éco système grenoblois très riche et propice à ce genre de thématiques, où les nouvelles formes de gouvernance et les business models alternatifs sont de plus en plus privilégiés. Je pense que la chaire des Territoires en Transition est également très innovante sur ces questions. Elle a été créée grâce à un travail de collaboration avec la mission Ville de Demain mené depuis 2016. Son objectif est de réfléchir aux nouveaux usages des territoires et modèles économiques facilitant les transitions. Nos chercheurs participent à une production de connaissances permettant le développement de nouveaux services pour les citoyens.

Au départ, Sharin’ Grenoble était un évènement pour valoriser les travaux d’une équipe de recherche Formes Alternatives de Marchés et d’Organisations (AFMO) et qui est devenue une activité clé dans la construction de la nouvelle Chaire Territoires en Transition. C’est grâce à Sharin’ Grenoble qu’une réelle communauté et action collective a pu se créer et donner naissance à cette chaire. Pour notre école, cela a permis la construction d’un réseau de partenaires territoriaux. Celle-ci compte de nombreux acteurs dont des collectivités comme la Ville de Grenoble et la mission Ville de Demain, Grenoble-Alpes Métropole mais aussi des acteurs de l’économie locale comme GAIA, Ronalpia ou Alpes Solidaires.