Lumière sur les aurores polaires avec les élèves de 2nde du Lycée Ferdinand Buisson !

Publié par Destination Culture - Université Grenoble Alpes, le 19 juin 2019   310

Xl johannes groll 227145 unsplash

Lauréats du Fonds Vittorio Luzzati avec leur projet "La tête dans les étoiles", 35élèves de 2nde du Lycée Ferdinand Buisson (Voiron) ont travaillé cette année sur le thème de l'astronomie. La classe a notamment eu l'occasion de rencontrer des scientifiques de l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Grenoble et ont pu échanger autour des exoplanètes et des aurores polaires. L'interview qui suit a été réalisée par cinq élèves : Camille Baud, Romane Bottarel, Guilhem Cros, Axel Faure et Axel Gaillard, avec l'aide de leur professeure de français Mme Thiry.

Quel était le sujet de votre visite ?

Romane : Notre sortie s'est déroulée en deux parties. Nous avons tout d'abord étudié l'organisation de l'espace et des exoplanètes*, puis nous nous sommes renseignés sur le fonctionnement des aurores boréales* grâce à un outil nommé Planeterrella.

Qu'avez-vous donc appris sur les exoplanètes ?

Romane : Aujourd'hui, les scientifiques ont découvert et confirmé presque 4000 exoplanètes, mais pensent que l'univers en contient beaucoup plus (plusieurs centaines de milliards juste dans la Voie Lactée). La plupart d'entre elles se situe en dehors de la "zone habitable"*. Ces exoplanètes ne contiennent pas forcément de l'eau à l'état liquide, donc ne peuvent pas accueillir la vie.

Comment peut-on découvrir de nouvelles exoplanètes ?

Romane : Il existe différents moyens, comme la vélocimétrie (couleur de l'exoplanète selon la distance avec le lieu de l'observation), le transit (l'exoplanète disparaît de notre champ de vision en passant derrière son étoile) et l'imagerie (mesure de la luminosité de l'astre).

Qu'est-ce que la Planeterrella ?

Romane : La Planeterrella est un simulateur d'aurores boréales miniature, créé par Jean Lilensten, chercheur au CNRS.

La Planeterrella, un simulateur d'aurores polaires
© Jean Lilensten (IPAG/OSUG), Pierre Jacquet (OSUG), David Bernard, Guillaume Grono


Pourquoi le thème de l'astronomie ?

Camille : Nous avons cette année comme thème interdisciplinaire l'astronomie.Nous avons d'ailleurs participé à la Fête de la Science au mois d'octobre 2018.

A votre avis, l'astronomie peut-elle attirer des jeunes de votre génération ?

Camille : Oui, je pense que les jeunes peuvent être intéressés par l'astronomie. Personnellement, je souhaiterais travailler dans ce domaine car depuis mon plus jeune âge, l'espace m'a toujours fascinée et intriguée.



Quelques définitions scientifiques

  • Zone habitable : région de l'espace où les conditions sont favorables à l'apparition de la vie telle qu'on la connaît sur Terre.
  • Exoplanète : planète orbitant autour d'une étoile autre que le Soleil.
  • Aurores boréales : une aurore polaire est un phénomène lumineux caractérisé par des voiles extrêmement colorés dans le ciel nocturne, le vert étant prédominant.