Quand Florence Porcel visite l'IRAM et l'interféromètre du Plateau de Bure...

Publié par Marion Sabourdy, le 3 octobre 2016   1.6k

Xl 14319709459 04023ce758 o

Les 20 et 21 septembre derniers, la vidéaste et auteure Florence Porcel venait à Grenoble pour visiter l'IRAM (Institut de RadioAstronomie Millimétrique) à l'invitation du Ministère de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. En effet, à l'occasion de la Fête de la Science (du 8 au 16 octobre), le Ministère a fait appel à des vidéastes pour présenter différentes "Très Grandes Infrastructures de Recherche" (TGIR) françaises. Florence en a profité pour visiter les antennes de l'instrument NOEMA (NOrthern Extended Millimeter Array), un interféromètre installé sur le Plateau de Bure.

Retrouvez ici sa vidéo puis une petite interview de Florence !

Comment s'est passée ta visite de l'IRAM et des antennes ?

Très bien ! C'était une super expérience :-) Et j'ai eu la chance d'être accompagnée pendant ces deux jours par le directeur adjoint, Frédéric Gueth, qui est passionné et donc... passionnant. J'ai tellement appris et rêvé ! La vidéo est très frustrante à ce niveau-là : j'aurais tellement aimé tout montrer et tout faire entendre de ces 48 heures...

Un moment marquant, c'est quand on a pu monter dans l'antenne, le temps s'était dégradé. Il y avait une averse de givre, très mouillée, très glacée et les échelles pour grimper ne sont pas du tout pratiques. Mon 70D autour de mon cou se cognait partout, j'avais peur de l'abîmer, et du coup ça glissait... Mais quand je me suis assise sur ce plateau qu'on voit dans la vidéo, wow... J'étais face au miroir qui renvoie la lumière émise par des objets très lointain et qui met plusieurs millions, voire milliards d'années à nous parvenir... C'était tellement émouvant !! Et vertigineux, aussi - sans même avoir besoin de se pencher par dessus bord...

Qu'as-tu ressenti là-haut, sur le plateau de Bure ?

C'était très dépaysant ! C'était seulement la troisième fois de ma vie que j'allais à la montagne, alors forcément, rien que ça déjà, c'était vraiment super pour moi. Et puis ces 8 antennes sont quand même impressionnantes. Quand je suis arrivée, elles observaient une nébuleuse dans Orion, je crois. C'est dingue, quand on prend le temps d'y réfléchir... En tout cas, ce plateau, c'est un peu un lieu à part. Comme un palier entre le monde humain et celui des astres lointains... Il y a une ambiance particulière. J'adore ces infrastructures uniquement dédiées aux scientifiques, coupées du monde. Il y règne une ambiance de colonie de vacances, mais très studieuse...

Est-ce ton premier reportage en laboratoire ou sur le terrain ?

Non, j'étais déjà allée à l'IRAP, à Toulouse (après l'IRAP et l'IRAM, je vais sûrement aller faire un tour du côté de l'IRAL, non, si ça existe ?). L'accès aux labos interdits au public est toujours une très grande chance. Surtout qu'à l'IRAP, j'ai pu voir comment et où on reproduit l'atmosphère de Mars, ainsi que le prototype de l'instrument qui se trouvera à bord de la grande sœur de Curiosity quand elle sera envoyée sur Mars en 2020 ! [ndlr : découvrir la visite de Florence à l'IRAP dans La Folle Histoire de l'Univers #54 à partir de 23:50]

De quelle manière as-tu réalisé la vidéo sur l'IRAM ?

Je réalise comme je peux... Je suis toute seule et avec mon matériel perso, donc c'est pas toujours simple : il faut à la fois penser au cadrage, à la lumière, au son, à l'écriture de la vidéo qui se fait souvent mentalement pendant les visites et en fonction de ce que je peux filmer, aux questions à poser... J'ai une demi-douzaine d'heures de rush, et il faut ensuite écrire et monter tout ça en racontant une histoire cohérente et en synthétisant sans trahir ce que j'ai pu retirer de ces deux jours de tournage...

Quelles sont tes sources de documentation sur la radioastronomie ?

Les chercheurs ! Que ce soit en allant à leur rencontre comme ici, ou bien en écoutant leurs conférences, en lisant leurs livres, et les écoutant à la radio...

Dans la vidéo, tu nous montres la nébuleuse de la Tête de Cheval et l’Oeil de la Méduse : quelle est ton image d'astronomie préférée ?

Il faut vraiment en choisir une ?... Toutes les nébuleuses sont sublimes. Elles me fascinent. Y'a tellement de couleurs, et ces nuages font souvent plusieurs années-lumière de long et de large... Sinon, les photos de Curiosity m'émeuvent chaque jour.

Il y a d'ailleurs un selfie d'un panneau solaire de Rosetta avec Mars en fond qui est particulièrement dingue.

Pareil pour ce selfie de Rosetta avec Chury en arrière-plan...

Bref, pas simple de n'en choisir qu'une :-)

Est-ce la première fois que tu viens à Grenoble ? Que penses-tu de notre ville ? :-)

Oui ! J'ai trouvé ça très joli ! Comme je disais, je suis très peu habituée à la montagne, alors là en voir partout de tous les côtés, c'est un peu comme si j'avais changé de planète ! J'aime bien... :-)

Florence Porcel visite l'exposition Climat VR à la Casemate

Que fais-tu pendant la Fête de la Science ? Quelle est ton actu pour les prochaines semaines ?

Pour la Fête de la Science elle-même, rien de spécial. Il y a la vidéo, ce qui est déjà beaucoup, puisque c'est l'équivalent d'un mois de travail tout de même (et réalisée gracieusement, soit dit en passant). Et j'attends avec grande impatience le 19 octobre : déjà parce qu'ExoMars arrivera autour (pour TGO) et sur (pour Schiaparelli) Mars, mais aussi parce que ce sera le jour de la sortie de mon premier livre, "L'espace sans gravité", aux éditions Marabout... La pression monte, et j'oscille entre surexcitation et angoisse terrible :D Sinon, début novembre, on tourne les prochains épisodes de Spatialiste pour la chaîne String Theory !

>> Sources : image principale par Franck Berthelet, vidéo de Florence Porcel (voir sa chaîne Youtube), photo de l'antenne par l'IRAM, selfies de Rosetta via ESA/Rosetta/Philae/CIVA, photo de Florence par Marion Sabourdy, couverture du livre par les éditions Marabout