Réemploi low-tech des pales d'éoliennes - Aurélie Piederrière, Aurélie Van Der Tas

Publié par GEG, le 24 mars 2022   1.2k

RÉEMPLOI LOW-TECH DES PALES D'ÉOLIENNES

Phase exploratoire



CULTIVER ET VIVRE DANS UN MONDE INSTABLE


Le XXIesiècle, siècle des renouvelables, voit naître de nouveaux questionnements associés à ces nouvelles technologies. On commence à voir apparaître la fin de vie des premières générations d’éoliennes. Déchet ou ressource, aujourd’hui on constate la nécessité de crée/co-créer des filières de réemploi des éoliennes et spécifiquement des pales qui ne bénéficie d’aucun process satisfaisant. La filière éolienne n’en est qu’à ses balbutiements, elle tend à s’accroître de manière exponentielle dans les années à venir et avec elle la quantité de pales à traiter. En effet, on estime que d'ici 2025, environ 1500 éoliennes vont être démonter soit 4500 pales d'anciennes générations.
À partir de 2025, l’ADEME prévoit un volume annuel de démantèlement pouvant atteindre 1 GW (dans l’hypothèse d’une durée de vie moyenne de 20 ans).

D'UN MONDE EN EXPANSION VERS UN MONDE EN CONTRACTION


Le devenir de cet exosquelette éolien nous a interrogé sur la méta question énergétique qu'il sous tendait. Nous soulignerons tout d’abord que les besoins énergétiques des humains n’ont jamais cessé de croître et ceux de manière exponentielle (hors crise ponctuelle). Cette croissance effrénée engendre multitude de problèmes: destructions des milieux, effondrement de la biodiversité, changements climatiques ect... Aujourd'hui si l'on regarde en parallèle la raréfaction des ressources fossiles et l'impossibilité des renouvelables de remplacer intégralement ces énergies, une étape de décroissance aura nécessairement lieu. Néanmoins, cette pénurie énergétique se profile à long terme, à court terme la première problématique semble être le changement climatique.

CHANGEMENT CLIMATIQUE D'UN MONDE STABLE VERS UN MONDE INCERTAIN


La connexité de l'univers éolien et de l'univers marin (ex :terme en commun lié à la navigation) nous ont amené à penser notre projet en contexte littoral. Avec l'accélération du réchauffement climatique et la montée des océans, nous nous sommes interrogées sur le devenir des terres cultivables et habitables qui seront submergées à l'avenir. L’Holocène, ère pendant laquelle s’est développé l’humain, était une ère particulièrement clémente et stable du point de vue climatique. La Terre n’a apparemment jamais connu de changement aussi intense et rapide. L’Anthropocène est une ère incertaine qui semble tendre vers un environnement de plus en plus hostile. Nous ne pouvons pas déterminer avec précision l'ampleur des épisodes climatiques que nous connaîtrons demain. Ce cheminement nous amène à interroger transversalement trois grandes notions qui découlent les unes des autres à savoir: le changement climatique, la décroissance et les technologies low-tech. Nous avons donc réfléchi par la prospective dans des dynamiques proches du design fiction.

RÉFLEXION PROSPECTIVES ET ANCRAGE TERRITORIAL


Définir un ancrage territorial nous a permis d’inscrire ce projet prospectif dans une certaine réalité.
Le contexte d’intervention mis en évidence ici est celui de l’univers marin dans le territoire du Golfe du Morbihan. S'attacher à un ancrage territorial, c'est crédibiliser notre démarche en la nourrissant d'acteurs locaux existants ainsi que d'autres gisements de matériaux réemployables (tels que les filets de pêche ou les conteneurs par exemple). Basé sur les alarmes climatiques concernant la montée des océans, notre projet vient interroger de nouvelles manières d'habiter, de cultiver et de vivre ensemble. Les pâles d'éoliennes sont ici utilisées en structure pour nos radeaux et elles sont le moins transformées possible. Le territoire créé n’est pas figé, c’est un objet dynamique, il est continuellement en mouvement.

Nous posons ici l’hypothèse que pour penser cet avenir désirable, nous avons besoin d’un foisonnement d’expérimentateurs, d’expérimentatrices et de territoires d’expérimentations. Notre projet est pensé à partir du présent pour le futur, nous avons ainsi dessiné une proposition fictive et expérimentale d’un territoire presque autonome et ouvert sur le monde en contraction qui l'attend.

Aurélie Piederrière, Aurélie Van Der Tas
Master 1, Design, Résilience, Habiter - ENSAG - UGA