Un bon bâilleur en fait bâiller sept

Publié par Julie Amand, le 2 décembre 2019   240

Xl childhood 2923988 1920

Crédit photo :  pixabay

Dring Dring, Dring Dring , Dring Dring… Lundi, 7 heures, Il faut se lever pour aller travailler. Une douche, un café, deux cafés, trois cafés, rien n’y fait : toujours envie de bâiller. 13h30, reprise des cours. Après une dizaine de bâillements, j’essaye de me concentrer. 15h30, je bâille encore et toujours. Que j’aie dormi 3h, 7h, 10h ou 12h, rien ne change, je bâille autant.

Gros plan sur le bâillement : c’est une grande inspiration, avec l’ouverture de la mâchoire suivie d’une grande expiration, parfois accompagnée d’un étirement des bras vers le haut. C’est un phénomène naturel mis en place par notre corps. Nous baillons  environ 10 fois par jours, pour les grands bâilleurs comme moi, on peut facilement bâiller deux fois plus. Mais attendez une minute, nous sommes 7 milliards sur Terre, si je calcule bien ça fait... 210 milliards de bâillements par jour ! 

Mais qu’est ce qui déclenche ce phénomène? J’ai décidé de mener une petite enquête pour tenter de répondre à cette question. J’ai tout passé au peigne fin, les recherches, les articles, les livres… Tout ! Et vous savez quoi ? Eh bien le bâillement est encore mystérieux pour les chercheurs.  Pendant des années, on pensait qu'on baillait pour approvisionner le cerveau en oxygène mais cette théorie a été réfutée dans les années 90 ! De nombreuses hypothèses sont aujourd’hui plausibles : refroidissement du cerveau, connexion avec notre environnement, éveil. Vous avez peut être remarqué qu’après avoir bâillé on a l’impression d’avoir récupéré un peu d'énergie ?

Parfois quelque chose vient déclencher notre bâillement et il est impossible de résister... Imaginez vous dans le train, ou dans le bus ou au travail. Vous ne vous sentez pas forcément fatigué mais un individu juste devant vous, bâille à s’en décrocher la mâchoire. Qu’est-ce que vous faites ? Eh bien, oui, vous bâillez à votre tour. Pas de panique, c’est aussi un phénomène naturel, les chercheurs n’ont pas encore trouvé toutes les réponses mais ils appellent ça le bâillement communicatif. Nous sommes des animaux sociaux, nous avons la fâcheuse tendance à imiter le comportement des autres. Une habitude qui serait liée à l’empathie et au partage des émotions. De plus, il se pourrait que ce phénomène  fasse intervenir des neurones miroirs c’est à dire des neurones qui permettent d’imiter le comportement des autres. 

Cela dit, est-ce vrai qu’un bon bâilleur en fait bâiller sept ? 

Avez vous réussi à ne pas bâiller ? Si vous avez baillé plus de trois fois, Félicitations, vous entrez dans le club très fermé des grands bâilleurs !

Julie Amand