Un voyage d'études en hydraulique pour les étudiant·es de Grenoble INP - Ense³, UGA !

Publié par Grenoble INP - Ense3 , UGA, le 12 avril 2023   950

Du 27 au 31 mars 2023, les étudiants et étudiantes en deuxième année dans la filière Hydraulique Ouvrage et Environnement (HOE) de l'école d'ingénieur Grenoble INP - Ense3, UGA sont partis dans le sud de la France. Ce voyage d'études en région Provence Alpes Côtes d’Azur avait pour but de visiter différents aménagements hydrauliques, une thématique au cœur de leur formation.

Les risques climatiques et les catastrophes naturelles sont au cœur de la gestion de l’eau dans ce territoire : sécheresses, crues torrentielles dans l’arrière-pays, inondations de plaine, submersions marines, érosion des cotes, etc…

Si 2022 a déjà été une année sèche, l’hiver 2023 promet une raréfaction de la ressource en eau. Les enjeux de la région PACA sont d’autant plus grands que la population est massive. La densité de population est notamment très développée sur les littoraux. Cependant, sa localisation au pied des Alpes lui permet un réseau d’eaux superficielles et souterraines très développé qui favorise l’accès à la ressource… en tout cas jusqu’à présent.

Lors du trajet pour se rendre à Nice, un arrêt a eu lieu à Aix-en-Provence avec la Société du Canal de Provence, qui gère un réseau hydraulique majeur permettant d’alimenter en eau le Sud-Est de la France, en détournant de l’eau du Verdon et de la Durance. Ce fut l’occasion de visiter une usine de clarification de l’eau ainsi que le laboratoire d’essais de l’entreprise. L’usine de clarification permet de retirer les matières en suspension d’une eau destinée à un usage industriel. Deux des parties du laboratoire ont pu être visitées, un laboratoire sur le béton et les sols, mais également un laboratoire de test sur les équipements hydrauliques, notamment des débitmètres.

Dans la région de Nice c’est la Régie Eau d’Azur qui a la compétence eau potable (captage, traitement, stockage, distribution) et assainissement (collecte, traitement). Sobriété sur les usages, efficacité des systèmes de production, circularité de la ressource (réutilisation des eaux grises) guident la régie dans ses actions. Après une matinée de présentations sur les enjeux, l’organisation et les métiers associés à la régie (600 salariés), Eau d’Azur a organisé de nombreuses visites : un réservoir d’eau potable en réhabilitation, une usine de potabilisation, des sites de captages/forages d’eaux en nappe phréatique, un système de secours pour l’alimentation en eau potable, un chantier sur le réseau d’assainissement ainsi qu’une centrale hydroélectrique. Les étudiants et étudiantes ont pu ainsi visualiser tout le cycle de l’eau en lien avec l’hydraulique urbaine dans la métropole niçoise.

En octobre 2020, la tempête Alex a dévasté une partie de la région, touchant notamment les vallées de la Vésubie et de la Roya. La visite de la vallée de la Vésubie, guidée par le RTM (Restauration des Terrains en Montagne) et le SMIAGE (Syndicat Mixte pour les Inondations, l'Aménagement et la Gestion de l'Eau Maralpin) a permis aux élèves de comprendre le phénomène de crues torrentielles et les différentes phases des travaux d’urgence et de confortements à plus long terme entrepris. Chiffrés à 25 millions d’euros, ces travaux ont pour but de protéger et redonner l'essor touristique d'antan à la vallée.

Les thèmes associés à l’hydraulique maritime ont été abordés à Menton avec le SMIAGE (Syndicat Mixte pour les Inondations, l'Aménagement et la Gestion de l'Eau Maralpin). Des explications sur site concernant des projets de protection contre l’érosion côtière et la submersion marine, tout en préservant au maximum les écosystèmes, ont été développées.

Sur le retour, une visite d’un site de rechargement de nappe phréatique à Hyères a permis de comprendre comment protéger la ressource en eau. En effet, sur de telles configurations côtières, à force de trop pomper, de l’eau salée peut atteindre les champs de captage, causant ainsi de graves dommages aussi bien pour la population que pour l’agriculture. Suez (avec le système Aqua-Renova) ré-injecte de l’eau douce dans la nappe afin de créer une barrière hydraulique et d’éviter la remontée du biseau salé.

Tout au long de la semaine, les étudiants et étudiantes ont ainsi pu échanger avec les professionnel·es et appréhender leur métier. Ce voyage a notamment eu pour but de visualiser, in situ, les ouvrages techniques étudiés en cours mais également de s'imprégner des enjeux autour de leur futur métier.