Whatsapp : Olvid, Signal, Telegram, etc. Allez-vous quitter le navire ?

Publié par Grégory Cornu, le 16 février 2021   930

Xl whatsapp page principale v2

L’encre coule :

Depuis janvier de nombreux articles commentent l’annonce du changement des conditions d’utilisateur de l’application WhatsApp. L’annonce éclabousse et interroge de nombreux internautes sur la protection des données. « Des millions d’utilisateurs quittent la messagerie appartenant à Facebook » titre le Monde le 18 janvier 2021. Que doit-on en penser ?


Piqûre de rappel :

Acheté par Facebook en 2014 contre 19 milliards d’euros environ, WhatsApp est resté en retrait du groupe et des entités Instagram et Facebook pendant un temps. D’ailleurs, l’une des conditions à l’acquisition de Facebook était de ne pas toucher à l’indépendance de WhatsApp. C’est pourquoi Romain CHALLAND (Les Numériques) préconise aujourd'hui de « quitter WhatsApp, mais pour d’autres raisons que la sécurité des données. » Il pointe du doigt la promesse initiale de Facebook et souligne qu’elle n’a pas été tenue. Une raison qui avait on le rappelle, poussée alors la Commission européenne à infliger une amende de 110 millions d'euros à Facebook pour avoir fourni “des renseignements inexacts ou dénaturés”.

Voici la liste des données collectées par : Signal, iMessage, WhatsApp et Messenger sur iOS.

 © Bloomberg

L’Europe veille :

En Europe, le responsable des questions relatives à la vie privée chez WhatsApp, Niamh SWEENEY a tenu à signaler qu'en raison du RGPD (le règlement européen sur la protection des données) il n'y aurait aucun changement dans le partage des données. 

La Commission européenne se contentera-t-elle de croire Facebook sur parole ? Au regard des progrès actuels sur la protection des données selon Romain POMIAN-B. de PhonAndroid, il y a fort à parier que les agissements de la firme seront « scrutés à la loupe ».

Une bouée de sauvetage :

Notons que lorsqu'une messagerie ne garantit pas un chiffrement de bout en bout des échanges, les messages peuvent être lus par les fournisseurs du service en question (par exemple : Messenger, Instagram, Snapchat, Viber). Un peu comme si un inconnu dans la rue se penche au-dessus de votre épaule pour lire. 

Par chance, il existe de nombreuses applications qui placent la confidentialité des données au-dessus de tout le reste, qu’il s’agisse de prise de notes, de navigation Web ou, bien entendu, de messageries.

 

Comment larguer les amarres ?

S'il n'est pas simple de se détacher d'une application que beaucoup de membres de votre entourage possèdent. Il existe des solutions alternatives :