Workshop FIBRA #6 - Tissage 3D : Chaîne matricielle

Publié par Echosciences Grenoble, le 19 décembre 2019   440

Xl 20191108 143002

Notre équipe est composée de trois étudiants : Damien Dufournet, Yazan Hoshma et Abdallah Nedjai. Le point de départ de notre idée est venu après avoir tiré au sort notre sujet de workshop sur la fibre végétale : le tissage 3D ! Le matériaux que nous avons choisi est l’osier, afin d’en exploiter la souplesse pour effectuer nos tissages.

Qu’est-ce que l’osier ?

L’osier est l’un des noms donnés à plusieurs arbres ou arbustes du genre Salix (le saule) appartenant à la famille des Salicacées. C’est un matériau qui a gagné ses lettres de noblesse grâce à la vannerie dès l’époque romaine.

La récolte de l’osier se faisait autrefois à l’état sauvage. Pendant l’hiver, les anciens fabriquaient des paniers de toutes formes pour de nombreux usages quotidiens. Puis sa culture a été organisée et développée avant de péricliter dans les années 1950.

Aujourd’hui, même si la vannerie connaît un regain d’intérêt, il y a un autre aspect de l’utilisation de l’osier qui mérite d’être mis en valeur.


Déroulement du workshop

Jour 1 : En première partie du workshop, nous sommes allés à l’atelier pour préparer nos outils et effectuer une première expérimentation de la technique qui nous a été attribuée : le tissage 3D. Pour ce premier test, nous avons monté une cabine de 70 x 70 x 180 cm à la structure renforcée pour pouvoir mettre en place notre ligne de trame 3D.

Jour 2 : Nous avons poursuivi la construction du métier à tisser 3D tout en s’initiant à la confection de types de nœuds traditionnels avec le vannier présent lors du workshop.


Jour 3 : Nous avons terminé la construction de notre métier à tisser 3D et commencé à expérimenter à l’intérieur en traçant des premières lignes et plans.

Jour 4 : Nous avons exploré des types de nœuds et de tissages variés : 

  • nœuds japonais pour le masquage de brins 
  • tissage vrillé
  • tissages réguliers
  • tissages anarchiques entre des supports situés en oblique dans l’espace

De fil en aiguille, chaque intervention a suivi les précédentes et a servi à amorcer la prochaine.


Jour 5 : Lors de notre dernière matinée, nous avons poursuivi nos volumes spéciaux en prolongeant ou remplissant nos tissages ou nœuds précédents pour chercher quels volumes nous pourrions faire.


// Ce projet porté par l’ENSAG et, en partenariat avec amàco, le DPEA Design pour l’architecture et l’innovation, La Casemate et les Grands Ateliers reçoit le soutien de l’IDEX Université Grenoble Alpes.