Full atoutcerveau

Communauté

Atout Cerveau

Les Savanturiers du Cerveau (S02EP02) : Ce qui alimente la curiosité et ce qui la titille

Publié par Laurent Vercueil, le 31 décembre 2020   360

Xl diapositive1

Avec Aude et sa classe de Quatrième à Bruz (le premier épisode est ici), nous explorons les mécanismes de la curiosité en classe. Pourquoi les élèves peuvent-ils être curieux des connaissances qu'on leur propose ? Ou alors, pourquoi ne le sont-ils pas ? "Parce que ça nous intéresse pas !" pourraient-ils répondre. Oui, mais encore ? Est-ce qu'on peut appréhender les facteurs qui font que les choses nous intéressent ou pas ? Est-ce seulement une question de sujet ? N'avons nous pas été, un jour, surpris de nous intéresser à un sujet dont nous ne savions rien, et qui finalement , s'est avéré nous passionner...

Pour cette deuxième session, les élèves ont identifié notre sujet de réflexion. Ils ont compris que nous abordons ce continent mystérieux de la curiosité. Il faut maintenant les amener à formuler une question, proposer une ou plusieurs hypothèses pour passer aux tests.

Nous discutons alors de la curiosité telle qu'elle est observée au cours d'expériences menées avec, par exemple, des rats de laboratoire.

Le rat est placé dans un labyrinthe en T, où il va devoir choisir d'explorer une branche plutôt que l'autre. Son choix peut nous donner des informations sur les racines de sa motivation.


Au milieu du XXème siècle, Daniel Berlyne, pionnier de l'étude de la curiosité dont nombre des conceptions qu'il a avancé restent encore valides, a montré que placé dans ses situations de choix, le rat préférait une branche qui contenait plus d'espace, ou, dans une autre expérience, une branche où se trouvait davantage d'objets. Il en déduisit que ce choix témoignait de l'appétence du rat pour l'information : cela lui permettait d'accéder, potentiellement, à plus d'informations sur son environnement. Même lorsqu'une branche est fournie en nourriture, le rat continue d'explorer l'autre branche, dès fois qu'il s'y trouverait quelque chose d'intéressant (un congénère, de la nourriture meilleure encore, etc...). Bref, la curiosité est la quête d'informations nouvelles sur notre environnement. A la différence d'une motivation qui serait dirigée dans le but singulier de répondre à un besoin spécifique, la curiosité tient davantage de l'échantillonnage au petit-bonheur-la-chance. Quoiqu'elle puisse aussi viser une information particulière, manquante...
Que cherche donc la curiosité ? Les enfants ont donc répondu : "la connaissance", "l'information". Mais il est intéressant de remarquer, à ce stade, que si la curiosité peut répondre à un manque identifié comme tel ("Tiens-tiens...je me demande quel est le nom de la capitale du Burundi ?") et susciter une recherche orientée ("je vais entrer Burundi dans le moteur de recherche de mon navigateur") qui sera couronnée de succès ("c'est Gitega !"), elle peut aussi avancer à l'aveugle, n'ayant aucune idée de ce qu'elle pourra trouver.
Dans ce cas, quel est son moteur ? qu'est-ce qui fait que la curiosité peut s'activer et se mettre en branle, à la poursuite de réponses dont elle ignore tout, jusqu'à l'intérêt réel ?
Afin de réfléchir à cette question, et dans l'espoir que cela nous permette de formuler encore d'autres questions, trois petites histoires sont présentées.
Chacune de ces trois histoires montre Naruto, notre macaque préférée, prendre une photo. Mais cette photo nous est cachée. S'il faut choisir de ne conserver qu'une seule photo parmi les trois, laquelle sera sauvée par les enfants ?   


Première Histoire (illustrée par les aquarelles de Leïla Vercueil) :





Deuxième Histoire :



(Précision : vous ne verrez qu'une seule photo parmi toutes celles qui ont été prises)


Troisième Histoire :



Q


Sur quelle photographie prise par Naruto le choix des élèves va-t-il se porter ? et surtout, pourquoi ? Qu'est-ce que ça peut nous apprendre sur la curiosité ?

A suivre....