Trop gras, trop salé, trop sucré : peut-on réglementer ?

Publié par Gilles Henri, le 7 février 2021   310

Xl fast food 1188 68

Image créée par stephanie2212 - fr.freepik.com

Ce café a eu lieu via Zoom le mardi 2  février 2021 de 18h30 à 20h30.  

L'enregistrement audio est disponible sur ce lien.

S'il a conduit à un net accroissement de l’espérance de vie, le mode de vie moderne a aussi fait naître des pathologies caractéristiques d’une alimentation trop riche, qui prend les formes d’une véritable épidémie dans les populations accédant au niveau de vie des pays dits développés : diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires. Tout le monde connaît ces recommandations diététiques : évitez de manger « trop gras, trop sucré, trop salé », « mangez au moins cinq fruits et légumes par jour ». Mais les respectons-nous vraiment ? 

Les lobbies de l’agroalimentaire,  nous poussent à consommer et à nous habituer à leurs produits, souvent de piètre qualité diététique, avec adjonction systématique de sucres, de sel et de matières grasses. Des polémiques ont vu le jour sur le rôle des lobbies, comme celui de l’industrie du sucre pour nier son rôle dans l’obésité et ses conséquences, face à « l’industrie du gras », dont le caractère néfaste a peut être été exagéré.

La question se pose de savoir si l’on doit – et si l’on peut- légiférer ou règlementer sur ce sujet, c'est-à-dire aller jusqu’à interdire certains composants, ou en limiter la quantité dans certains aliments, ou se borner à des campagnes de sensibilisation. Qu’en est-il du rôle des publicités, notamment vis-à-vis des enfants, à la télé ? Faut-il les interdire ? Les campagnes pour la « bonne bouffe » sont-elles efficaces ? Le Nutri-Score, en 5 couleurs (de rouge pour le pire à vert pour le meilleur) est un indicateur coloré purement indicatif, non obligatoire, destiné à aider les consommateurs. Celui-ci est-il pertinent ? Peut-on comparer des valeurs caloriques de produits dont on absorbe des quantités très différentes ? Et y-a-t-il une action des industriels contre la réglementation ? 

Nous en avons discuté avec nos intervenants :

  • Christophe Moinard : Professeur en  nutrition
  • Carolina Werle : Professeur en marketing, spécialiste du comportement des consommateurs

Modérateur : Gilles HENRI (CSCAG)