J'ai un nouvel ami au Muséum : Aepyornis maximus

Publié par Eulalie L'éléphante, le 17 mai 2017   740

Xl img 0088

La semaine dernière, un nouvel arrivant a été installé dans la salle "Montagne vivante" du Muséum de Grenoble.

Eulalie du Muséum de GrenobleTout le monde me connait : Eulalie l'éléphante, mascotte du Muséum de Grenoble qui vous accueille dans ce lieu si symbolique et accueillant où des centaines de spécimens sont présentés.

Et aujourd'hui, je voulais vous présenter un "petit" nouveau dans la salle "Montagne vivante" : Aepyornis maximus.

"Petit nouveau" n'est pas vraiment le terme puisqu'il mesure près de 2 mètres et vous avez déjà pu l’apercevoir dans l'Orangerie pendant la dernière exposition "Monstru'Eux, vous trouvez ça normal ?".

Mais aujourd'hui, il a pris ses quartiers dans le Muséum et pour longtemps ! Ce chef-d'œuvre a été réalisé par l'ancien taxidermiste du Muséum qui nous éclaire sur cette drôle de bestiole :

"L'Aepyornis, Vorompatra pour les Malgaches, était un oiseau proche des casoars. Son poids, entre 300 et 400 kg, l'a fait surnommer « l'oiseau éléphant » par les occidentaux. Il vivait dans la partie sud de Madagascar, on ne trouve pas de gisement dans le nord de l’île. Sa présence est presque certaine au 17ème siècle. Flacourt parle en 1650 d'un animal rare et farouche qui vit dans les ampêtres. A.Berg, dans une lettre adressée à Moquin-Tandon, publiée dans « Le Temps » du 7 décembre 1861, affirme l'existence d'Aepyornis vivant. A. Grandidier et Miles Edward concluent en 1867 à son extinction récente. L'Aepyornis était proche du casoar, son corps était recouvert de plumes filiformes. Des plumes ont été découvertes, par le révérend Standing, dans les tourbières d'Antsirabé.

Mais je ne vous dévoile pas tout aujourd'hui... La suite dans le prochain article.

En attendant, vous pouvez vous rendre au Muséum pour l'admirer et venir me faire un petit coucou. Ça tombe bien, ce week-end, c'est la nuit des musées !

A très vite !