Lencka Popravka - La vulgarisation sa « bulle d’air »

Publié par Marie Arthuis, le 25 mars 2019   610

Xl img 7176bis4

« Le contrôle des valeurs de l’Union au prisme de l’article 7 TUE »

L’interview commence, et des petites poupées russes rouges apparaissent au creux de sa main. Il s’agit d’un cadeau de sa directrice de thèse. « Tu as une poupée et puis dès que tu l’ouvres t’as une nouvelle question, puis ensuite une nouvelle » : c’est l’allégorie du travail de thésard que Lencka nous présente. Le travail semble infini, et rendu à 3 années de recherche et 600 pages, il faut contenir Lencka qui aimerait bien aller plus loin dans sa réflexion.

La vulgarisation n’est pas quelque chose d’inconnu pour Lencka. Elle enseigne aujourd’hui à des étudiants. C’est un amusement et ça se ressent : « j’ai un amour de l’enseignement et de la vulgarisation absolument incroyable ! » Celle qui a réussi l’exploit, d’expliquer à ses étudiants le fonctionnement de l’Union Européenne avec un BigMac, sait à quel point la vulgarisation peut être précieuse. D’abord pour des financements de thèses mais aussi bien pour la « rendre plus visible, plus simple à comprendre ».

La doctorante qui travaille sur des questions qu’elle qualifie de politiques et militantes, décide que ça vaut « le coup d’en faire part au plus grand nombre » et s’inscrit à Ma thèse en 180 secondes.  

Son sourire enjoué et son énergie débordante font de Lencka une doctorante redoutable du concours MT180, qui avait besoin de cette « bulle d’air pour sortir de l’enfermement du thésard »

Crédit photo : Communauté Université Grenoble Alpes - Cindy Shalaby