Des lycéennes suédoises en immersion à l’ESRF

Publié par Esrf Synchrotron, le 30 septembre 2015   2.4k

Xl esrflyceennes

Le 8 septembre dernier, l’ESRF, le synchrotron européen de Grenoble, a accueilli 12 lycéennes suédoises, pour une session de Synchrotron@School, le programme pédagogique développé par l’ESRF.

Ces lycéennes ont été sélectionnées à l’issue d’un concours scientifique, « Neutronia », organisé principalement par l’Université d’Uppsala en Suède. Le prix remporté : deux jours d’immersion dans le monde des neutrons et des électrons avec des visites organisées à l’ESRF et l’ILL, deux grands équipements européens, leaders dans leurs domaines.

Ce n’est pas un selfie mais deux lycéennes observant un filtre lors d’une expérience de Synchrotron @School

L’enjeu de cette compétition était d’encourager les jeunes filles à poursuivre des études scientifiques, en physiques, mathématiques, sciences de l’ingénierie, dans des disciplines où elles sont, malheureusement, insuffisamment représentées aujourd’hui. Des objectifs similaires à ceux du programme Synchrotron@School, programme pédagogique initié par l’ESRF, depuis 2013, grâce à un partenariat avec l’Académie de Grenoble. Depuis deux ans, ce sont 650 élèves de 1ère et terminale qui ont bénéficié, avec Synchrotron @School, d’une journée d’immersion à l’ESRF, source de lumière synchrotron la plus intense au monde. Au programme de cette opération : une journée de découverte, de rencontre avec des scientifiques (chercheurs, ingénieurs…) mais surtout de mise en situation avec des expériences scientifiques, la conduite d’un projet de recherche, la constitution d’équipes de recherche et la présentation par chaque équipe des résultats des travaux de recherche menés durant cette journée.

Cette session de Synchrotron @School, soutenue par Women in Science, a été l’occasion pour ces jeunes lycéennes suédoises de rencontrer des femmes scientifiques, ingénieurs de l’ESRF, de les interroger sur leurs parcours, leurs carrières. L’enjeu était, à travers cette journée très dense en rencontres, expériences, de susciter des vocations ou au moins de changer la perception et les stéréotypes que ces jeunes filles pouvaient avoir des métiers scientifiques. Une expérience réussie et de belles rencontres comme en témoignent ces jeunes filles !

Pour Suzy Lidström, physicienne en charge des programmes éducatifs à l’Université d’Uppsala, « grâce à cette journée complète d’immersion, de mises en situation, les jeunes filles ont pu exprimer toutes leurs compétences, se révéler. Pour les filles, qui se sentent parfois isolées en classe de physique, car minoritaires, cette opération leur a permis de créer des liens forts entre elles, de leur redonner confiance et de les conforter dans leur intérêt pour les sciences, pour les mathématiques. »

Pour la plupart des lycéennes, c’était aussi la première fois qu’elles découvraient un synchrotron, comme l’explique Åsa : « Jusqu'à présent, en salle de classe, la science me paraissait très théorique, mais cette visite m'a permis de mieux comprendre à quoi servait concrètement un synchrotron, les recherches menées par les scientifiques. ». Pour Amanda, cette visite a été une vraie révélation, lui permettant d’échanger avec des scientifiques dans des disciplines scientifiques très variées. Même si elle ne s'est pas encore décidée sur son projet professionnel, qu’elle souhaite scientifique, cette expérience lui a été très utile, lui ouvrant de nombreuses perspectives.

Frida, elle, s’est dite confortée dans son choix de devenir enseignante en mathématiques et physiques. Pour Laila, ce voyage l’a convaincue de s’engager dans une carrière scientifique, précisant avec humour « les scientifiques sont beaucoup plus drôles que je ne le pensais. Ils ont le sens de l’humour et sont des gens normaux ! » Une expérience qui ne demande qu’à être renouvelée !

Students who won trip to @esrfsynchrotron and @ILLGrenoble thanks to @uppsalauni toured @XMaSBeam #womeninscience pic.twitter.com/BiOZwqgMDu
— Kayleigh Lampard (@XMaSSchoolTrip) 21 Septembre 2015

>> Crédits : ESRF / C.Jarnias