Qu'est-ce qui change ? 38 idées reçues sur le changement climatique

Publié par Kissia Ravanel, le 15 septembre 2017   1.3k

Xl couverture idees recues

A l'occasion de la Fête de la Science 2017 dont la thématique est "Pleins feux sur les idées reçues", Irstea Grenoble, avec la collaboration de Météo France, propose un nouveau livret pour faire le point sur les idées reçues sur le changement climatique en montagne "Qu'est-ce qui change ? 38 idées reçues sur le changement climatique en montagne". Ce livret fait suite au premier livret paru en 2013 "Qu'est-ce qu'on risque ? 30 idées reçues sur les risques naturels en montagne" publié également par le centre de Grenoble. 

Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et
l’agriculture, Irstea conduit des recherches répondant aux enjeux posés par la question agro-environnementale dans les domaines de l’eau, des risques naturels, de l’aménagement du territoire et des écotechnologies. Le centre de Grenoble développe des recherches pour la connaissance et la gestion des territoires, des écosystèmes et des risques naturels en montagne. Les réponses aux questions du livret sont basées sur les résultats des recherches menées dans le centre Irstea Grenoble. 

Quelques idées reçues et leur réponse :

En altitude, il faudra toujours sa petite laine ? Sans doute, mais...

L'été est agréable en montagne car on perd 1°C de température tous les 150 mètres. Toutefois, les relevés météo de températures indiquent que le réchauffement climatique est plus rapide en montagne qu'en plaine : entre 1900 et 2016, +1,9 °C dans les Alpes françaises contre +1,1 °C en moyenne sur la terre. Cette élévation rapide des températures a de nombreuses conséquences (remontée de la limite pluie-neige, recul des glaciers, sécheresses récurrentes, floraison précoce, remontée de certaines espèces...) 

Fini les avalanches ! Vrai et faux

Avec le réchauffement en montagne, on trouvera moins de neige à basse altitude, mais des épisodes de chutes de neige ponctuelles pourront toujours provoquer des avalanches importantes. Les avalanches denses et humides seront aussi plus fréquentes.

La douceur hivernale enchante les marmottes. Faux

Si la sortie des marmottes est facilitée au printemps, il fait plus froid dans les terriers en hiver. En effet, la couche de neige qui recouvre l’entrée joue un rôle d’isolant et l’épaisseur de cette couche diminue. Les marmottes consomment plus d’énergie pour se réchauffer en perdant du poids ce qui participe à une diminution des portées au printemps.

Pour beaucoup, la montagne évoque de beaux paysages, une biodiversité remarquable, des traditions ou de belles vacances à la neige. Mais c’est aussi une source de danger, avec les avalanches, les chutes de pierres, les érosions torrentielles… Ces risques vont-ils augmenter ou au contraire disparaître ? Y aura-t-il toujours de la neige ? Que vont devenir les marmottes ? Bref, qu’est-ce qui change ? Vous en saurez plus en téléchargeant ce livret qui vous aidera à démêler le vrai du faux : livret 2017

Vous pourrez également retrouver les chercheurs d'Irstea pendant la Fête de la Science lors de l'événement "28 nuances de sciences un Village au Campus" le 14 octobre. 

>> Crédits images/photos : Cled'12, Alpe d'Huez - Hervé Bellot, Nicole Sardat