Air Lab Polytech : pour la créativité des étudiants

Publié par Farouk Abdou, le 20 mai 2014   2.2k

Xl airlab

Le Fab Lab AIR de Polytech Grenoble permet aux élèves-ingénieurs et aux étudiants de créer des objets d’intelligence ambiante dans le cadre de leur cursus et de participer à des projets innovants.

Inutile d’y voir une métaphore aérienne, la dénomination AIR est relative à "Ambient Intelligence Room". Soit un endroit où on enseigne le développement d’applications et d’objets intelligents pour différents usages (habitat, sécurité, mobilité, etc.). La meilleure méthode d’enseignement, c’est d’ouvrir un espace contenant du matériel pédagogique et permettre aux étudiants de l’utiliser dans le cadre de projets en groupe, dans un esprit "hackerspace" de partage et de mise en commun des compétences et des savoirs.

En terme de matériel, l’Air Lab de Polytech Grenoble dispose d’une artillerie conséquente, qu’énumère son co-responsable Didier Donsez : "nous avons tout d’abord les machines de prototypage, les imprimantes 3D, fraiseuses, découpeuse laser, etc. puis les équipements d’informatique et de microélectronique (microcontrôleurs, kits de capteurs, kinect, tablettes, verres intelligents, détecteurs de mouvements)... Nous bénéficions de dons de la part d’une dizaine de partenaires industriels. Avec tout ca, les étudiants ont ce qu’il faut pour donner corps à leurs idées et monter des projets élaborés, que ce soit pour leur filière ou dans des initiatives pluridisciplinaires comprenant des profils non techniques (designers ou architectes). Nous encourageons fortement l’incubation des idées les plus prometteuses et celles qui pensent à une transition vers la création de start-up ou de projets commerciaux. Nous sensibilisons aussi nos étudiants aux opportunités de participer à des concours, une des meilleures façons d’être sponsorisé par la suite."

L’exemple le plus emblématique est celui de l’entreprise Digitale Interactive, née d’un projet de fin d’études à Polytech et qui travaille actuellement sur le premier restaurant équipé de tables tactiles permettant des applications multiples : consulter la carte, commander son menu, surfer sur internet, payer, voire même jouer en attendant son plat.

Borne Living Map présentée au salon Experimenta 2013

Parmi les projets les plus marquants, on peut citer les bornes interactives Living Maps et le projet RobAIR (annuel et en partenariat avec l’ENSIMAG) pour le développement d’une plateforme de robotique intelligente "open source", tous deux présentés lors du dernier salon EXPERIMENTA. Ou encore le projet AmI Wheelchair pour un fauteuil roulant manuel communiquant amélioré avec différents outils technologiques (circuit imprimé Arduino, GPS, wifi, Bluetooth, capteurs de position) pour améliorer le quotidien des personnes handicapées avec saisie et acquisition d’informations susceptibles d’optimiser l’autonomie.

Fauteuil AMO Wheelchair intelligent et communiquant

Les idées actuelles montrent aussi qu’il est toujours possible de sortir de l’ordinaire et se distinguer dans tous les domaines avec un peu de créativité. Dans le cadre du projet Startair, un groupe d’étudiants planche sur un simulateur de vol spécialement conçu pour des personnes atteintes du syndrome Asperger, à partir d’une carcasse d’ULM elle aussi enrichie d’outils numériques. Dans un volet un peu plus sportif, des prototypes de "Monoskis intelligents" munis de kits de capteurs sensitifs (température, pression, accéléromètre) ont été testés lors du dernier défi Foly. Il s'agit d'une compétition consistant à parcourir, sur un engin glissant de type ski ou monoski, la plus grande distance sur le lac des Confins après une prise d'élan sur une pente raide et enneigée. Test concluant puisque l’un de ces prototypes a permis à Polytech Grenoble de décrocher la troisième place au classement final.

Antoine Crochemore (Polytech Grenoble) troisième du Défi Foly et les monoskis ayant permis l'exploit

>> Crédits Photos : Antoine Crochemore, Didier Donsez,  (c) La Casemate/Laurence Fragnol