Appréhender masse & volume avec le gâteau au yaourt

Publié par Anne Dortel, le 3 février 2014   17k

Xl gateau 0

Après son premier billet sur l'intérêt de cuisiner en cours de physique-chimie, Anne nous propose sa première recette : le gâteau au yaourt.

La toute première recette que j'ai utilisée en chimie a été le simplissime gâteau au yaourt. C'est le gâteau des écoles maternelles, celui des mamans (ou des papas...) pressé(e)s, un gâteau à la 6-4-2 dont la recette se retient toute seule. Sauf que cette recette n'a rien d'ordinaire. Contrairement à toutes les recettes classiques, dont les ingrédients doivent être pesés sur une balance, pour celle-là on mesure leur volume, c'est à dire la place qu'ils occupent.

Mon objectif en sélectionnant cette recette était précisément de faire débattre mes élèves de cinquième autour des notions de masse (1) et de volume. Il s'agit pour moi de mettre une première pierre au mur qui se constitue petit à petit, fait de toutes les grandeurs que l'on rencontre en physique et en chimie. En bref : évacuer du vocabulaire le mot "quantité", fourre-tout pratique mais presque toujours inadapté et bien trop présent dans la bouche de la plupart des adultes.

Recette illustrée que je distribue. Attention : 210°C, c'est beaucoup trop chaud, 180° suffisent...

Le challenge que je lance aux élèves est simple : "Rédiger cette recette de la même façon que les autres, en indiquant la masse des ingrédients en grammes, ou bien leur volume en millilitres s'il s'agit de liquides" [ndlr : voir le déroulement du TP et notamment le matériel dans la fiche en pièce jointe sous l'article]. En parallèle des mesures, les élèves doivent, équipe par équipe, contribuer à la confection d'un gâteau en classe. En clair : à l'appel de l'équipe, les 4 élèves s'occupent de vider le yaourt dans la terrine (ils reviendront pour verser la préparation dans le moule), une autre équipe casse les oeufs, une autre se charge de la farine...etc.

La première fois que j'ai fait cette séance, j'ai été stupéfaite de constater qu'il est presque plus difficile pour les élèves de réaliser la recette que de résoudre le problème posé :

  1. Le fait qu'on réutilise le pot du yaourt pour mesurer les ingrédients n'est pas appréhendé d'emblée par la plupart des élèves;
  2. Être à 4 pour déposer et mélanger un ingrédient dans une terrine, ce n'est pas de trop... Certains élèves sont complètement tétanisés devant la tâche à réaliser, d'autres sont volontaires mais agissent en "en mettant partout";

Clairement, l'aide du professeur se situe donc vers le poste de réalisation de la recette et moins vers les binômes qui utilisent le matériel classique de sciences physiques. La séance se termine bien sûr par la dégustation du gâteau. Croyez-le si vous le voulez, les gâteaux que nous faisons en classe sont toujours bien meilleurs que ceux que je fais à la maison...

>> Note :

  1. Au stade de la classe de cinquième, le mot "poids" arrive spontanément dans la conversation à la place du mot "masse". Je précise la première fois que ce sont deux grandeurs différentes, mais je ne corrige ensuite plus systématiquement, l'objectif n'étant pas celui-là (en revanche, moi, je fais très attention à ce que je prononce...)

>> Source : article initialement publié sur le blog " Un labo dans ma cuisine", le 23 janvier 2014

>> IllustrationsJoe Athialy (Flickr, licence cc), Anne Dortel