Découvrez les coulisses du projet scientifique Beyond EPICA - Echosciences chez RCF Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 2 mars 2022   990

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

La chronique du 10 février 2022, par Pascal Moutet, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Pascal Moutet, responsable du Media Lab de La Casemate. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Pascal !

Bonjour Nicolas !

Alors aujourd’hui Pascal, vous nous emmenez en Antarctique où une équipe de chercheurs tente de percer les secrets du climat en creusant la glace.

Oui Nicolas. Je voudrais vous présenter un article publié par l’Institut des Géosciences de l'Environnement, qui parle de BEYOND EPICA. Ce projet européen a pour objectif de creuser dans la glace de l’Antarctique, jusqu’à 3000 mètres de profondeur, afin de récupérer les plus vieilles carottes de glace. Grâce à celles-ci, les scientifiques pourront revenir plus d’un million d’années dans le passé…

Quel est l’intérêt de remonter si loin dans le temps ?

Il y a environ un million d’années s’est produite une modification brutale des rythmes d’alternance entre les périodes glaciaires et interglaciaires. Pour des raisons encore inconnues, ces cycles sont passés de 40 000 à 100 000 ans : ils se sont donc allongés. Les scientifiques espèrent percer ce mystère en étudiant la composition des strates de glace au cours du temps. Ils pourront par exemple suivre l’évolution de leur concentration en gaz à effet de serre, comme le méthane ou le dioxyde de carbone.

Et pourquoi avoir choisi l’Antarctique comme terrain de recherche ?

Parce que c’est le seul endroit sur Terre qui recèle des glaces si bien préservées, Nicolas. Elles constituent de véritables archives pour la science, dans lesquelles est conservée l’histoire climatique et environnementale de notre planète.

Ces carottes peuvent révéler des informations datant de plusieurs siècles, voire de millénaires, sur l’évolution de la température et sur la composition de l’atmosphère.

Et comment se déroule cette mission ?

L’équipe composée de scientifiques, d'ingénieurs et de techniciens de toute l'Europe a établi son camp à une trentaine de kilomètres de la base franco-italienne de Concordia. Il a fallu trois ans de cartographie radar du sol et des glaces, de modélisations et d'observations, afin de trouver le meilleur site. Le forage en lui-même a débuté fin 2021.

Dans l’article, on voit des photos du convoi, du camp, de l’antenne satellite et même d’une grande tranchée de glace de plusieurs mètres de profondeur. Imaginez les conditions extrêmes Nicolas : les températures moyennes avoisinent les -35 degrés et peuvent parfois atteindre les - 70 degrés.

Brrr… J’espère que les résultats seront à la hauteur de l’investissement ! Que peut-on espérer d’ailleurs ?

Les premiers résultats ne seront pas disponibles avant 2025 et seront cruciaux pour prédire l'évolution future du climat. En effet, alors que nos modèles actuels sont calibrés sur les données du présent, grâce à ces carottes, nous pourrons les calibrer sur les données du passé, très différentes par rapport à l'actuel. Ces informations reflèteront mieux les bouleversements que risque d'engendrer le changement climatique.

En somme, l’enjeu est d’expliquer le système climatique passé, pour pouvoir prédire les changements à venir…

C’est tout à fait ça Nicolas !

Merci Pascal pour la présentation de cet article. A noter qu’il est complété par un podcast de nos collègues du Dauphiné libéré. Et on retrouvera l’équipe de la Casemate après les vacances… Bonne journée Pascal.

Bonne journée Nicolas.

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)