D’une simple fuite d’eau à des sculptures magnifiques !

Publié par Clara Perissat, le 14 octobre 2019   230

Xl dessin

Imaginez que les fuites d’eau de nos salles de bains puissent former de jolies sculptures plutôt que des moisissures ? Sympa, non ? Malheureusement, pour cela, il nous faudrait quelques millions d’années et une maison faite de calcaire… Un petit peu compliqué, à moins de vivre dans une grotte ! 


Les concrétions, des formations étonnantes

C’est dans les grottes des massifs calcaires que l’on trouve les concrétions, ces jolies structures aux formes très variées.

Elles donnent un caractère spécial aux grottes car chaque concrétion est unique de par sa forme, sa taille ou encore sa couleur.

Dans ces grottes, on trouve notamment des stalactites (qui « tombent ») et des stalagmites (qui « montent ») et même des colonnes lorsque stalactites et stalagmites se rejoignent. Mais il y a aussi des concrétions un peu moins connues comme les draperies qui ressemblent à des voiles figées ou encore les gours, sorte de petits bassins de calcaire parfois remplis d’eau. Et ce n’est là qu’un tout petit échantillon des concrétions possibles ! Mais comment se forment-elles ?

Un processus chimique à l’origine des concrétions

Les concrétions se forment grâce à des réactions chimiques. D’abord l’eau de surface (H₂O) s’infiltre dans le sol et se gorge de dioxyde de carbone (CO₂) ce qui la rend acide. Cette acidité permet de dissoudre le calcaire. Ainsi, les gouttes d’eau traversant la roche se chargent non seulement de CO₂ mais aussi de calcaire dissous.

Le calcium, présent dans le calcaire, peut réagir avec divers éléments récupérés par l’eau comme le zinc ou le plomb et de plusieurs façons. Ces réactions chimiques mènent à la formation de différents cristaux de minéraux comme l’aragonite ou la calcite.

Ce n’est qu’une fois arrivé à l’air libre dans la grotte, que le CO₂ reprend sa forme gazeuse. La goutte d’eau perd alors son acidité par dégazage. Et le calcaire ainsi déstabilisé retrouve son état solide le plus souvent sous forme de calcite, minéral qui peut, pour simplifier, être comparé à une brique de la maison de calcaire. Chaque goutte dépose donc un petit peu de calcite, ce qui va finir par former des amas aussi appelés concrétions.

La calcite n’est pas le seul minéral qui peut se déposer. On peut également observer des dépôts d’aragonite. Tout dépend de ce qui a réagi chimiquement avec le calcium présent dans le calcaire.

Les différentes formes des concrétions sont liées aux différentes façons dont la calcite se dépose. Si elle se dépose goutte à goutte sur la voûte, elle formera des stalactites. Si elle se dépose de la même manière sur le sol, elle formera des stalagmites. Et si elle ruisselle le long des parois, ce sont des draperies qui cristalliseront.

La formation des concrétions est un processus très lent : elles poussent à raison d’un centimètre par an environ. Néanmoins cette vitesse peut varier légèrement en fonction de l’épaisseur de la concrétion ou encore de l’infiltration de l’eau.

Ces superbes formations ont donc pour certaines des millions d’années. C’est un patrimoine naturel exceptionnel et fragile qu’il nous faut protéger et respecter.


Stalagmite de plusieurs mètres de l’Aven Marzal (Ardèche).