Jeunes chercheurs : participez au concours photo NanoArt

Publié par Stéphanie Monfront, le 18 mars 2013   1.9k

Xl nanoart

La Fondation Nanosciences et son partenaire nanoTox® proposent un concours photo autour des nanosciences aux jeunes chercheurs grenoblois avec à la clé plusieurs prix.

La Fondation Nanosciences a lancé en Janvier 2013 un concours d’image nommé NanoArt. Il s’agit d’un tout nouveau programme destiné à mettre en lumière les travaux menés par les plus jeunes acteurs de la recherche en nanosciences et en nanotechnologies. Son principal objectif est de faire connaitre - et de récompenser ! – de manière ludique le travail des jeunes chercheurs qui consacrent beaucoup d’énergie et de temps à la mise au point d’expériences délicates et parfois plus de temps encore à l’analyse minutieuse des résultats qu’ils obtiennent.

Ainsi, tous les étudiants et post-doctorants de Grenoble sont invités à partager à travers cette initiative les plus belles images « nano » glanées au cours de leurs investigations scientifiques et/ou artistiques ! Chaque mois, un gagnant (ou une équipe gagnante) reçoit un prix de 200 $ US de la part de nanoTox®, le sponsor du concours. L’image lauréate participe ensuite automatiquement à la finale annuelle, à l’issue de laquelle les trois meilleures images seront récompensées à hauteur de 2000, 3000 et 5000 $ US!

Martin Seiss, le gagnant du mois de janvier 2013 et une de ses nombreuses photos sur l'écran

Le premier gagnant du concours NanoART est Martin SEISS, un étudiant en 3ème année de thèse au Laboratoire des matériaux et du Génie Physique (LMGP). Son image, obtenue par microscopie à force atomique (MFA), montre un défaut cristallographique observé lors de la croissance d’un cristal de carbure de silicium (SIC), un semi-conducteur préféré au silicium pour des applications haute température, forte puissance ou haute fréquence. On y observe une forme rare de "dislocation vis": le motif qui est créé lors de la croissance hélicoïdale de SiC, plan atomique après plan atomique. La forte contrainte au centre de la dislocation y a induit l’évaporation d’atomes, donnant naissance à un nanotube creux. Au bord de chacun des 10 branches de cette "spirale", on peut distinguer des "marches d'esclier" qui associent alors trois bicouches atomiques (chaque bicouche ayant une hauteur de 2,5 Ångström).

Comprendre les mécanismes de croissance du SiC par dépôt en phase vapeur (PVT) à 2100°C, c’est l’objectif de la thèse de Martin. Sous la direction de Thierry Ouisse, il a fabriqué puis observé par MFA plusieurs dizaines d’échantillons et ainsi pris plusieurs milliers de clichés. Pour lui, le concours d’images est une très bonne initiative pour encourager les jeunes chercheurs à se faire connaitre dans la communauté, en mettant en lumière le côté artistique de leur activité scientifique grâce à de belles images, parfois difficiles à insérer dans une publication ou une thèse.

Pour découvrir les détails de ce concours et les images primées chaque mois - et pour participer! - rendez-vous ici.

>> Illustrations : EMSL (Flickr, licence cc), Fondation nanosciences