Post Human W.A.R., jeu vidéo made in Grenoble

Publié par Ludovic Maggioni, le 13 avril 2015   2.3k

Xl chambre

Rencontre avec Gwenaël Manac'h, 25 ans et Gabriel Wink, 26 ans, deux créateurs du jeu vidéo "made in Grenoble" Post Human W.A.R. 

L’histoire du jeu Post Human W.A.R., c’est avant tout celle d’une amitié. A priori, Gwenaël Manac'h n’était pas destiné à travailler dans le monde du jeu vidéo. Il préfèrait la BD et est illustrateur. Il est devenu le directeur artistique du jeu et en a conçu les univers et les personnages en partant d’un crayon et d’un papier ! Gabriel Wink, quant à lui, est autodidacte en programmation et a également travaillé sur des court-métrages et du théâtre au conservatoire de Grenoble notamment. Mais cette aventure grenobloise, c’est aussi celle du game designer Antony Deutsch, du graphiste d’interface Pierre Alias et de Lucien Baldacchino pour le design sonore.

L’idée de Post Human W.A.R. est issue d’un jeu de plateau imaginé par Gabriel et nommé "La Bataille des Seigneurs". C’est à partir de ses règles que l’équipe a scénarisée une histoire. Aujourd’hui, ce jeu est devenu un jeu de stratégie en ligne au tour par tour (c’est-à-dire où les joueurs jouent chacun à leur tour). Gabriel parle de jeu martial, c'est-à-dire de jeu de guerre. L’histoire en quelques mots se déroule après l’an 3000. Les humains ont disparu de la surface de la Terre et trois camps se disputent la planète :

  • Les R-Patch, dont le nom signifie "robots de protection armés des territoires et cités humaines" et qui sont des robots ménagers qui veulent garder les villes intacts pour les humains. Ils les nettoient et continuent les activités pour lesquelles ils avaient été programmés
  • Les Antropistes, qui sont des singes qui veulent conquérir les villes et prendre la place de l’humanité disparue
  • Les Wraaks, des animaux mutants assoiffés de destruction dont le nom est issu du néerlandais et qui signifie "vengeance"

Quelques personnages

Galinosorus : cette espèce de Wraaks est une poule qui a une hypertrophie des pattes. Sa principale qualité physique est la vitesse et quand elle meurt, elle s’enflamme et se transforme en poulet rôti… et oui !

Les aspirateurs de combat : ces entités ont la faculté d’accumuler de la poussière pour en éjecter des boules compactes en émettant des bruits identiques à ceux de Dark Vador ! Rien que ça !

Le démissionnaire : c’est un singe, un tamarin à moustache blanche semblable à une espèce de singe existante, le tamarin empereur. Son chapeau de colon en fait un colonisateur hors normes !

Comme on peut le découvrir avec ces personnages, l’équipe des concepteurs du jeu est créative et bourrée d’humour. Pour ces jeunes hommes, les détails des personnages sont importants et le ridicule qu’ils peuvent apporter les rend en fait menaçants.

Quand on questionne l’équipe sur le choix d’une période post-apocalyptique, la réponse de Gwenaël est très simple : « ce qui est intéressant c’est que tout est possible. Chaque fois qu'on veut justifier quelque chose on dit que c'est à cause d'une mutation, ce qui nous autorise une grande liberté de création ».

Recette pour faire un jeu vidéo à la Post Human W.A.R.

  • Un lieu de travail : Un appartement en collocation à Villeneuve (Grenoble) au départ puis du télé-travail ensuite
  • Une équipe : 6 personnes et des bénévoles pour créer un site web, communiquer…
  • Des financements : Du bénévolat, des services civiques, une campagne de crowdfunding sur Ulule en 2013 et des concours de jeunes entreprises. Avec des prix à la clé, comme le Prix jeune entrepreneur grenoblois en 2013 et le Prix pépite tremplin pour l’entreprenariat étudiant en 2014
  • Un modèle économique : Free to play. Philosophie : le jeu doit rester intéressant, même sans payer. Les joueurs qui ne payent pas ne doivent pas être désavantagés en stratégie, ceux qui payent auront seulement des bonus esthétiques ou amusants. Objectif : quand on joue l’expérience est plus fun, plus communautaire, il serait possible d’organiser des tournois par exemple.
  • Une version alpha : l’importance de cette version est d’avoir des retours d’usage via un forum interne, afin de voir comment une communauté se l’approprie.
  • Version beta : à venir dans les prochain mois

>> Actualité : Pour en savoir plus sur le jeu, rendez-vous sur le site internet de Post Human W.A.R. 

>> Crédits : Post Human W.A.R.