Pratique du trail : verdissement de la foulée - Echosciences chez RCF Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 7 mai 2021   880

Xl xl xl xl 3qa

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

Retrouvez la chronique du 6 mai 2021, par Emmanuel Laisné, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Emmanuel Laisné, chargé de projets à La Casemate. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Emmanuel !

Bonjour Nicolas !

Alors Emmanuel, si j’en crois le titre de l’article que vous avez repéré pour nous, vous allez nous parler aujourd’hui de “verdissement de la foulée ?”.

Tout à fait Nicolas. Avec la levée de la restriction de déplacement à moins de 10 km et le retour des beaux jours, vous avez peut-être prévu de ressortir vos chaussures pour aller vous balader dans les massifs qui nous entourent.

Une bouffée d’air frais que vous percevrez comme un rapprochement avec la nature, un moment pour se ressourcer et un instant de liberté. Mais gardez quand même à l’esprit qu’alors que vous parcourez les sentiers, vous n’êtes pas seul. Il y a les autres amoureux et usagers de la montagne, mais aussi, la faune et la flore avec qui vous partagez ce milieu qui est fait d’équilibres.

Et c’est à ces équilibres que nous incite à prêter attention l’article de Cynthia Lagourgue, étudiante en Master biodiversité, écologie et évolution à l’Université Grenoble Alpes. Un article dans lequel elle s’intéresse plus particulièrement à la pratique du trail.

Et elle y relève quelques paradoxes.

Oui ! Notamment le fait que le trail ou la “course de nature” fasse partie d’une dynamique d’écologisation des pratiques qui alimente un engouement pour les activités de “plein air” ou l’écotourisme et qui font de la moyenne montagne un milieu très prisé.

Dans le cas précis du trail, on dénombrait ainsi en 2018 près de 900 000 pratiquants réguliers et 2 500 courses organisées par an. Des chiffres croissants qui peuvent parfois conduire à la fragilisation du milieu avec le piétinement de zones classées Espaces Naturels Sensibles ou le dérangement de la faune entre autres.

Des répercussions qui poussent d’ailleurs les organisateurs de trails à un “verdissement”, en adaptant les parcours ou en organisant des transports collectifs pour les participants.

D’accord, mais à vous écouter, ce sont principalement ces grandes courses qui sont en cause et donc pas tant ma sortie en montagne individuelle du week-end prochain ?

Et bien pas tout à fait, si nous prenons le cas précis du dérangement de la faune, il faut garder en tête que en groupe ou non, les animaux vous perçoivent comme un intrus. Votre présence peut donc représenter pour eux un stress, une raison de s’enfuir ou encore générer une vigilance permanente qui les détourne d’activités telles que la recherche de nourriture ou la nidification avec des impacts que l’on peut imaginer.

Je dois donc ranger mes chaussures au placard ?

Heureusement, non. Vous pouvez simplement être un trailer ou un randonneur averti en comprenant mieux le milieu que vous traversez. Une piste pour cela, le projet Biodiv-sport qui répertorie sur une carte en ligne les zones à éviter en fonction de la période de l’année.

Vous y apprendrez qu’en ce moment, il faut rester attentif dans sa pratique du vol libre sur le plateaux des petites roches pour ne pas perturber la nidification du faucon pèlerin et qu’à l’inverse vous risquez moins de déranger le Tetra Lyre en vous aventurant du côté de Chamechaude ou du Charmant Som.

Un article qui nous invite à penser notre relation à la nature donc.

Et une réflexion que vous pouvez prolonger avec un dossier complet sur la relation humain-nature rédigé par les étudiants du Master Biodiversité, écologie et évolution.

Un dossier à retrouver sur Echosciences-grenoble.fr. Merci beaucoup Emmanuel !

Merci à vous Nicolas !

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)