Récit d'un sprint pour une exposition géologique à Chamrousse !

Publié par Guilhaume Boo, le 26 septembre 2023   600

      Dans le cadre de l’unité d’enseignement “Scénariser l’information scientifique” inscrit dans le master 2 Communication et Culture Scientifiques et Techniques (CCST), les étudiants du master ont passé 2 jours dans la station de montagne de Chamrousse. L’objectif de cet UE était d’imaginer de potentiels dispositifs à proposer à la station afin d'initier un public familial novice, c’est-à-dire n’ayant pas ou peu de connaissances au sujet de la curiosité géologique de Chamrousse. 

       En effet, Chamrousse attise la curiosité de nombreux géologues puisque ses sommets sont les restes d'un ancien plancher océanique, exhumé à la surface lors de la formation des Alpes. Ainsi, les roches qui sillonnent les hauteurs de la station sont typiques des roches des fonds marins. : c’est ce que l’on appelle une ophiolite. Chamrousse a été beaucoup étudié dans les années 1980, et grâce à l’avancée des techniques d’analyse, les chercheurs ont pu mieux comprendre de quoi était constitué cet ancien plancher océanique, qui surplombe aujourd’hui la croûte continentale. Si l'existence d'ophiolite n'est pas un cas unique, cela reste particulièrement rare. Cependant, aujourd'hui encore, l'origine de celle de Chamrousse reste une énigme pour les chercheurs. : comment est-il possible qu'un ancien plancher océanique se trouve sur un continent ? Certaines pistes de réflexion semblent prometteuses mais il faudra encore attendre quelque temps avant de percer le mystère de l’ophiolite de Chamrousse  ! 

        Véritable terrain de jeu pour des géologues, ces derniers souhaitaient partager leur intérêt pour ce lieu avec les personnes qui le visitent, en particulier les familles qui viennent nombreuses tous les ans. Pour cela, ils ont passé commande auprès des Master 2 de CCST : les étudiants ont dû imaginer des dispositifs de médiation permettant de comprendre l’intérêt géologique de Chamrousse de façon simple et ludique.

        Une fois le contexte explicité, les étudiants ainsi que les géologues sont partis à la découverte du terrain. Une fois revenus, ils se sont répartis en groupe de 4 personnes pour commencer à réfléchir aux potentiels dispositifs à proposer aux géologues et à la commune de Chamrousse. C’est donc parti pour un Design Sprint sur 4 jours dont 2 en plein sur le terrain !

     Le groupe qui nous intéresse ici était celui composé de Guilhaume, Lisa, Stéphane et Anya appelé les Gabbros Boosters.

      Si vous n’êtes pas familier avec le concept de Design Sprint, il s’agit d’une méthode de création qui sert à accélérer le processus d’innovation via une mise en commun récurrente et une aide systématique entre les différents groupes de travail. L’objectif est non pas de mettre les équipes en compétition mais au contraire de générer une émulation capable de faire naître des idées innovantes grâce à l’intelligence collective. 

      Le public visé étant familial, Anya et Stéphane ont commencé par imaginer l’enfant type qui se rendrait sur les lieux de Chamrousse avec sa famille via un persona. Lisa et Guilhaume ont pendant ce temps exploré les ressources et travaux des anciens étudiants, pour avoir des idées de dispositifs. 

      Après concertation tous ensemble, iels ont imaginé une exposition le long de la descente jusqu’aux Lacs Robert, retraçant la formation de l’ophiolite de Chamrousse tout au long de la pente longeant le flanc de la montagne. Ils ont également pensé à une exposition à l’arrière de la Maison de l’Environnement et du Patrimoine de Chamrousse, qui exposerait la fascinante histoire des fulgurites, les roches frappées par la foudre. 

       Après avoir créé une première affiche de présentation du projet, le groupe de Guilhaume, Lisa, Stéphane et Anya a présenté ses idées aux autres étudiants de la classe, aux géologues impliqués dans les recherches ainsi qu’au Directeur de l’Office de Tourisme et au Directeur des services de la commune. L’idée d’origine a été validée, mais accompagnée de quelques remarques. Par exemple, il a fallu penser à une approche plus originale de l’exposition et faire attention à ne pas donner des représentations inadéquates du relief. 

      Une fois rentrée de Chamrousse, l’équipe a  pu poursuivre le Design Sprint ! Il restait encore le prototype à réaliser pour pouvoir expliciter le projet au jury final : iels se sont concertés tous ensemble pour se mettre d’accord sur la trame et sur la justesse des propos scientifiques qu’iels allaient aborder. Puis, carton, ciseaux, Scotch, feutres et papiers en main, la réalisation des prototypes de dispositifs de médiation a commencé. 

L’équipe des Gabbros Boosters a choisi de prototyper des panneaux d’exposition. Compte-tenu des thèmes qu’ils avaient à traiter, à savoir l’ophiolite de Chamrousse et les fulgurite, une exposition ludique et interactive leur a semblé être le format le plus adapté pour s’adresser à un public familial à Chamrousse.

       Les tâches ont été réparties comme suit : Anya et Guilhaume ont réfléchi à l’exposition de la descente aux Lacs Robert, tandis que Stéphane et Lisa ont travaillé sur l’exposition de la Maison de l’Environnement et du Patrimoine concernant les fulgurites.

       Ce fut un moment assez intense. En effet, le temps de travail très restreint dont l’équipe disposait pour produire les prototypes de dispositifs de médiation rendait l’exercice particulièrement difficile.   Les idées changeaient constamment et le groupe avait  l’impression de ne pas avancer sachant qu’il leur fallait créer un prototype et le présenter à un jury le lendemain.

         Afin de rendre la vulgarisation du travail des géologues compréhensible pour des familles novices, il était nécessaire d’utiliser un vocabulaire simple. Dans ce but, iels ont écrit ensemble les textes scientifiques à exposer sur leurs prototypes, et ont sollicité le reste de la classe pour qu’ils les assurent de la clarté du contenu. 

        Le lendemain, c’est de manière théâtrale qu’ils ont présenté en 10 minutes leurs prototypes d’exposition. L’ensemble de la promotion des M2 CCST a fait en sorte de connecter les différents dispositifs réalisés entre eux.  Ce fil rouge constitué entre les 4 dispositifs a permis de créer une histoire ludique et captivante qu’iels narrèrent tou.te.s ensemble à leur jury et aux M1 CCST fraîchement arrivé.e.s dans la formation. 

       Finalement, après 4 jours intenses où chaque action se faisait en vue de cette soutenance, le sprint prit fin. Il ne restait plus qu’à en faire le bilan. Et celui-ci fut extrêmement positif. En effet, l’ensemble du jury, composé de professionnels travaillant à Chamrousse, de scientifiques de l’ISTerre et d’encadrants du Master, accueillit les différents projets de médiations avec beaucoup d’enthousiasme. Plus encore, la trame narrative commune utilisée par les étudiants du Master au cours de leur présentation des projets permit au jury de se faire une idée globale et d’envisager de mettre en place plusieurs des dispositifs simultanément, voire même de tous les réaliser ! Ce succès ne manqua pas d’enchanter les étudiants du Master qui, pour beaucoup, avaient douté au moins une fois au cours du Design Sprint. Mais au bout du compte, il fallait simplement faire confiance au process. 

Ecrit par Lisa Troalen, Anya Drummond, Stéphane Romanin et Guilhaume Boo