Saga Galaxie #4 VOX - Quels sons pour notre univers ?

Publié par Galaxie La Saga Transmédia, le 25 mars 2019   300

Xl img 3369

Il est 18h, notre galaxie s’éveille !

Les participants arrivent avec le sourire par cette fin de journée ensoleillée. Tout le monde discute, connait-on toutes les étoiles ? Et la grève ça va poser des problèmes ?

Petit à petit tout le monde s’installe, tout le monde prend des feuilles, se repère… Où en est-on dans l’histoire ? Et sinon que devient Latavia S00999 ?

Santiago Nicola est aux commandes ce soir, c’est lui qui va piloter notre découverte d’un univers sonore… Ses machines sur la table, tout le monde s’assois, se tait… que la musique commence 😉

Edith Martinon qui fera l’atelier prochain est présente, accrochez-vous, les experts du son sont là pour vous guider dans notre monde plein d’énergie noire.

Santiago, rappeur et membre du groupe Monkey Theorem nous explique son parcours et quelques anecdotes sur leurs clips. Sa passion ? Créer et utiliser le loop et le beatbox pour développer un véritable univers musical.

Diane Ranville nous fait un rapide rappel sur les univers et en selle, les participants conçoivent.

Le but ? Habiller de manière sonore les deux civilisations qui se font face dans notre saga.

L’inspiration ? Les musiques que les participants écoutent quant ils sont chez eux, seront-elles rondes, douces, fortes… ?

La marraine de la saga, Cécile Renault, nous explique le bigbang, et la différence entre matière et lumière. Comment la lumière arrive à nous ? Saviez-vous que nos yeux ne sont pas capables de voir la vraie lumière ? En fait, notre lumière c’est l’écho lumineux du bigbang !

Plein de bruits étranges, vous aviez déjà entendu le plan galactique ? Les participants, oui ! Tout le monde cherche des rythmes, effervescence d’idées qui point le bout de son nez. Vous pouvez retrouver tous ces sons sur le site de Planck.

Eric Lewin prend la parole à son tour, « je vais vous faire entendre des images » nous dit-il. Ce que l’on entend, c’est une transposition des étoiles filantes. « Quel voyage ! ». Il nous explique les détails de l’illusion sonore… On entend le son monter mais notre voix descend… incroyable. Il explique le rôle de l’institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM) et finit sa réplique « je vous épargnerai le fait de le chanter ».

On attaque, et par une démonstration magnifique d’Eric et de son micro magique fait pour créer une réverbération du son. Mais attaquons-nous à la tâche du jour : Santiago se lance dans une création rapide pour nous montrer comment fonctionne le looper : une machine qui enregistre, met en boucle et qui permet de composer en temps réel.

A ce moment, Eric Lewin sort son triangle, la tension créative monte, on est parti. Tout le monde se met en groupe, on réfléchit à créer des espaces sonores pour notre univers.

Pour commencer les participants s’exercent au beatbox sur le looper « boots and cats » « pâtes au pistou » « petite biscotte » autant de phrases rigolotes pour commencer avec cet art.

On tente, on se fait la main et la première création est née : celle des ouvrier, un son parsemé de beat qui font penser aux bruits répétitifs des machines qui extraient l’énergie noires. *

Le deuxième son natif de la civilisation des mystiques est celui de la caste des Prieurs. Les étudiants du master Transmédia venu couvrir l’événement se sont prêtés au jeu et ont abandonné leur costume sérieux l’espace de cinq minutes pour faire quelques vocalises et créer « une nappe », autre mot pour « un chœur de vocalise planant ».

Les participants pris dans la musique, on se demande presque si certains ne vont pas former un groupe à la sortie de cette activité.

Réflexion, réflexion, « plutôt faire une truc mécanique » on entend puis Santiago s’essaye au chant monastique.

Les instruments sont présents partout dans le Fab Lab de La Casemate, le triangle, une guitare, un xylophone, un tambourin …

Diane prend le micro, elle s’essaye à faire la voix du prototype Vx4.12.

Enfin, pour le dernier son, tout le monde s’y met, le son de base : l’eau. On mimique le bruit de travailleur. Les participants, enchantés dansent sur le rythme de sons proche d’un univers aquatique, quasiment sous-marin… Certains se lancent dans l’ASMR.

Découvrez l'ensemble des sons produits dans cette playlist :


Et voilà, c’est fini ! Tout le monde range, et on se dit « à la semaine prochaine ».