Full atoutcerveau

Communauté

Atout Cerveau

Comment la méditation agit-elle sur le cerveau afin de retrouver la pleine conscience ?

Publié par Elsa Masson, le 24 mai 2015   5.3k

Xl phra ajan jerapunyo abbot of watkungtaphao.

Le 16 mars dernier au CRDP de Grenoble, Antoine Lutz, chercheur Inserm au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, a donné une conférence sur l'impact de la pratique de la méditation sur le cerveau, en compagnie de Perla Kaliman. Bettina Debû, Professeure UJF au GIN a ensuite proposé un exercice de méditation.

Pour méditer, il faut fermer les yeux, se détendre, se concentrer sur sa respiration, s’appliquer à délier les tensions présentes dans notre corps, être de plus en plus attentifs à nos ressentis et bienveillants à ce qui nous entoure. Aujourd'hui, la méditation rencontre un succès grandissant dans les publications scientifiques comme dans la presse généraliste. Pourquoi cet engouement ? A quoi sert la méditation, d’origine bouddhiste, dans nos vies occidentales ? Un des intérêts de la méditation est de retrouver les sensations et le bien-être altérés par une vie stressante. Comment parvient-elle à influencer notre état mental et comment agit-elle au niveau du cerveau ?

Une des caractéristiques les plus étonnantes du cerveau est sa plasticité, c'est-à-dire le fait qu’il ne soit pas fixe de la naissance jusqu'à la mort de l'être humain. La neuroplasticité chez les adultes est une découverte récente. Auparavant, les scientifiques pensaient que le cerveau était donné à la naissance, qu’un adulte ne créait aucun nouveau neurone et que les capacités du cerveau déclinaient à partir d’un certain âge. Puis l’on a découvert que, lors de l’apprentissage à l’âge adulte, des neurones apparaissaient dans l’hippocampe. A l’inverse, si l’on cesse d’utiliser un savoir, on observe une diminution de volume de l’hippocampe. Cette plasticité du cerveau nous permet d’agir sur notre conscience des choses qui nous entourent.

La pleine conscience (un des trois styles de méditation, avec la bienveillance et la compréhension de soi, chacune utilisant des zones différentes du cerveau) est un « décentrage » cognitif, il s’agit de prendre conscience de ses pensées et émotions, du fait que ce ne sont que des processus mentaux afin de prendre du recul par rapport à elles. L’objectif est de se concentrer sur le présent, de s’ancrer dans le corps et d’améliorer son attention. Cela évite donc ce qu’Antoine Lutz appelle le « vagabondage de l’esprit » associé à des émotions négatives, c'est-à-dire le fait de trop ressasser le passé ou de se projeter excessivement dans le futur, qui représenterait selon lui 30 à 40% de l’activité mentale quotidienne. Ainsi, une personne ayant été atteinte de dépression voit son risque de rechute de la dépression diminuer si elle médite régulièrement, de manière similaire à la prise d'anti-dépresseurs.

Pourtant, la méditation ne fait pas toujours bonne figure : certains pensent qu'elle couperait du monde, des perceptions et des émotions. Bien au contraire, elle permet de mieux appréhender le réel et ressentir les sensations : il y a moins de mécanismes d’anticipation et d’évitement de la douleur chez les experts en méditation que chez les novices, mais une réaction plus vive pendant l’épisode douloureux. De plus, l'expert améliore par la pratique son attention sur la durée et peut percevoir des stimuli très courts que le novice ne perçoit pas. Pour résumer, la méditation optimise les ressources de l’attention.

La pratique soutenue de la méditation opère un changement sur la structure du cerveau, ainsi elle permet d’améliorer autant la santé mentale que physique. Elle réduit le stress, qui peut provoquer des changements épigénétiques (c'est-à-dire sur l’expression des gènes) après la naissance.

Schéma télomères

En effet, le vieillissement cellulaire, accéléré par le stress chronique, se mesure par la taille des télomères (extrémités des chromosomes, synthétisés aux cours de la vie) lors de la division cellulaire : le stress provoque leur raccourcissement et la pratique de la méditation, réduisant le stress, leur rend leur taille d’origine. Des changements directs peuvent également s’opérer : il a été observé qu’après la pratique soutenue de la méditation, une inflammation locale était moindre que sans méditation.

En conclusion, si vous méditez, il est prouvé que vous ferez du bien autant à votre corps qu'à votre esprit !