Full atoutcerveau

Communauté

Atout Cerveau

Contrôler un objet par la pensée ? C'est devenu possible !

Publié par Elsa Masson, le 24 mai 2015   6k

Xl chapeau cerveau

A l’occasion de la dernière Semaine du cerveau, vous pouviez, grâce aux doctorants Nataliya Kosmyna, Souad Amiar et Mohamad Rima, réaliser un fantasme humain courant, que l’on pourrait croire sorti d’un film de science-fiction : faire se mouvoir un objet, sans le toucher, rien que par la pensée ! Il s’agissait de piloter un drone par contrôle cérébral, grâce à une interface cerveau-ordinateur. 

La démonstration consistait en une phase d’entraînement, puis une phase de vol. Tout d’abord, la démonstratrice, Nataliya Kosmyna, doctorante en informatique dans l'équipe d'ingénierie de l'interaction homme-machine à l’Université Grenoble Alpes, vous explique le principe, ce qu’il faudra faire pour piloter le drone et comment fonctionne l’interface, puis vous place un casque d’électrodes sur la tête. Celui-ci permet l’acquisition du signal émis par votre cerveau, grâce à la technique d’électroencéphalographie. Les électrodes sont placées au niveau du lobe occipital (correspondant à l’aire visuelle, sur l’arrière du crâne près de la nuque, voir schéma du cerveau ci-dessus), du cortex sensitif et du lobe frontal, afin de capter l’activité cérébrale des neurones situés sur la surface corticale et correspondant à la visualisation du vol du drone.

La première chose à réaliser est la phase d’entraînement : il s’agit d‘enregistrer le signal sur l’interface, pour cela il faut générer un stimuli par la pensée. Nataliya vous demande d’imaginer le soleil ou le ciel pour faire décoller le drone, et le sol pour le faire atterrir. Il est important de ne choisir qu’une image pour chaque action et de la visualiser précisément afin d’enregistrer le signal modèle qui permettra, par analogie, de faire voler le drone dans la phase suivante. Une fois ce signal enregistré, il est possible de faire un test pour comprendre le fonctionnement de l’interface : par exemple, en pensant au ciel, on voit sur l’écran d’ordinateur le curseur se déplacer sur une zone figurant le ciel, correspondante au décollage .

Enfin, le rêve se réalise, le drone est activé et vous en obtenez le contrôle. Si vous pensez à la même image que pour le décollage lors de la phase d’entraînement, le drone s’élève d’environ un mètre, comme par magie. Mais ce n’est en pas : l’interface a classifié le signal modèle obtenu en première phase et l’a comparé à celui de la deuxième phase. S’ils se correspondent, l’action est réalisée. Une fois que le drone est dans les airs, il suffit de mettre sa pensée au repos pour qu’il continue à voler. Sinon, en pensant au sol, vous le faites atterrir. Voilà, vous êtes un X-men !

>> Image : Schéma à découper du cerveau montrant les différentes zones et leurs fonctions