Le projet « Information dans la ville de Grenoble » - Une démarche de co-construction

Publié par Master ITER, le 6 juin 2016   2.1k

Xl img 6836

Le projet « Information dans la ville de Grenoble » continue son chemin. Depuis début avril deux étudiants sont en stage à la Direction Environnement et Cadre de Vie (DECV) qui prend en charge les questions d’espace public de la ville. Ils travaillent sur les nouveaux dispositifs en passant de la théorie à la pratique : comment rendre opérationnelles les propositions présélectionnées par les différents acteurs - étudiants, chercheurs, techniciens et élus - tout en respectant les multiples enjeux du projet ?

Sébastien et Thomas ont donc continué la démarche de co-construction en travaillant avec d’autres acteurs des services de la ville :

  • La direction de l'action territoriale travaille avec eux sur une expérimentation d’un dispositif de projection d’information citoyenne.
  • La direction de la communication qui réceptionne et gère les différentes campagnes. A travers ce travail, il s'agit de repenser la gestion du contenu de l'affichage : la collecte des fichiers, la gestion des échéanciers, le planning de communication des différents services et celui des structures culturelles partenaires (la Belle Électrique, la MC2 et les musées de Grenoble).
  • Le service reprographie les aiguille dans ce que la ville est en capacité de faire en termes d’impression et les différentes contraintes à prendre en compte.
  • L’équipe « spé » qui est en charge de parcourir la ville pour enlever les tags.
  • L'équipe de pavoisement avec laquelle les étudiants ont passé une matinée. Il s'agit du maillon essentiel au bout de la chaîne qui prend en charge la pose des supports sur les totems actuels. Ils apportent une réalité concrète qui permet de penser des nouveaux dispositifs plus facile à mettre en œuvre, moins chers et moins dégradables.

  • Les techniciens de la propreté urbaine qui ont expérimenté l’affichage sur les véhicules à l’occasion de la campagne de la « Belle saison »







Ce travail collectif a porté ses fruits : quatre nouveaux dispositifs d’information dans l’espace public sont en cours d’élaboration pour un déploiement en 2017 :

  • Les fresques urbaines d'information
  • L'affichage sur les véhicules municipaux
  • Le lieu commun d'information
  • Le lieu mobile d'information


Le travail des étudiants consiste maintenant à mettre en place un protocole de gestion cohérent. En parallèle, ils rencontrent les acteurs de terrain dans les Maisons des habitants pour penser des outils qui permettront aux citoyens et associations de profiter directement de ces nouveaux dispositifs en diffusant leurs informations locales. Enfin à l’aide d’une méthodologie précise, qui prend largement en compte une écologie de l’attention[1], les étudiants parcourent la ville pour répertorier les murs publics susceptibles d’être support d’information.


>> A lire sur l'atelier "L'information dans la ville de Grenoble" :

Atelier "L'information dans la ville de Grenoble" : étape créative à l'Estacade : http://www.echosciences-grenoble.fr/communautes/gr...

L'atelier de créativité "L'information dans la ville de Grenoble" : http://www.echosciences-grenoble.fr/communautes/grenoble-ville-de-demain/articles/l-atelier-de-creativite-l-information-dans-la-ville-de-grenoble

Retour sur la soirée de lancement de la plateforme "Grenoble, ville de demain" : http://www.echosciences-grenoble.fr/communautes/gr...

Master Innovation et Territoire - Atelier "L'information dans la ville de Grenoble" : http://www.echosciences-grenoble.fr/communautes/gr...


[1] « Il faut considérer l’attention comme un bien commun. Au même titre que d’autres ressources menacées de rareté ou de dégradation – l’eau ou l’air par exemple -. On pourrait décider collectivement de ce qu’on accepte comme sollicitations au lieu de laisser chacun dans l’illusion de sa pseudo autonomie. » Matthew B. Crawford