La pollution de l’air en Arctique : un enjeu scientifique et sociétal

Publié par Institut des Géosciences de l'Environnement IGE, le 28 juin 2021   320

Xl capture d e%cc%81cran 2021 06 28 a%cc%80 10.58.39

Photo : Kim Murphy

Alors que les régions reculées de l'Arctique sont principalement impactées par le transport de polluants en provenance des latitudes moyennes, des émissions plus locales peuvent également causer d'importants problèmes de qualité de l'air dans les zones urbaines et à proximité des activités industrielles. La cause de cette pollution majoritairement hivernale est notamment due à de fortes émissions liées au chauffage et à l’industrie couplées à une mauvaise dispersion engendrée par de fortes inversions de température. De plus, dans ces régions, de nombreux foyers possèdent un système de chauffage au bois peu efficace qui peut également dégrader la qualité de l’air intérieur, là où les populations passent la majeure partie de le leur temps en hiver. Les enjeux sanitaires sont donc importants et pourtant, de nombreuses incertitudes subsistent dans la communauté scientifique quant à la compréhension des processus chimiques et physiques à l’origine de ces pollutions.

Dans ce contexte, le projet de recherche international ALPACA (Alaskan Layered Pollution and Chemical Analysis) a pour but d’étudier les sources d’émissions, les mécanismes chimiques et l’influence de la météorologie sur la pollution atmosphérique dans les zones urbaines en milieu polaire, notamment dans la ville de Fairbanks en Alaska. En plus des mesures de terrain et de laboratoire et des travaux de modélisation, seront menées des études sur les effets sanitaires. Seront également sollicités les populations locales ainsi que les organismes de réglementation et des acteurs locaux afin de développer conjointement des solutions à l’amélioration de la qualité de l’air.

Cet article a été rédigé par Sarah Albertin, doctorante en 2è année de thèse à l'IGE. 


Pour en savoir plus sur :