Un voyage pour promouvoir la Science au féminin

Publié par Esrf Synchrotron, le 6 juillet 2016   4k

Seulement 10 à 12 % des chercheurs en Sciences, Technologies, Ingénierie, Mathématiques (STEM) sont des femmes (étude Unesco). Si le nombre de filles qui suivent des études à l’université augmente, beaucoup décident de ne pas poursuivre d’études et de carrières scientifiques. Les raisons sont multiples, parmi lesquelles le manque de modèles féminins et de trop nombreux stéréotypes sexistes.

Pour lutter contre ces préjugés et promouvoir la Science auprès des jeunes filles, l’ESRF, le synchrotron européen de Grenoble, a accueilli 16 lycéennes anglaises âgée de 16-17 ans pour deux jours d’immersion scientifique. Cette initiative, portée par la ligne de lumière britannique de l’ESRF, XMaS, en partenariat avec les universités de Liverpool et Warwick, s’inscrit dans le cadre des actions Women in Science soutenues par l’ESRF.

Comme l’explique Laurence Bouchenoire, scientifique sur la ligne XMaS à l’ESRF, « c’est vraiment important de montrer aux jeunes filles que réussir des carrières scientifiques est possible aussi bien pour des hommes que pour des femmes. »

Avec Laurence bouchenoire, sur la ligne britannique de l'ESRF, XMaS

Avec Laurence Bouchenoire, scientifique sur la ligne britannique de l'ESRF, XMaS

A l’issue d’un concours scientifique organisé sur tout le territoire britannique, ces lycéennes ont gagné deux jours de visite à l’ESRF. Le sujet du concours : rédiger une dissertation sur l’héritage de la chercheuse britannique Dorothy Hodgkin, prix Nobel de Chimie en 1964, à la fois sur “l’étude de la structure au niveau atomique et sur la place des femmes dans les Sciences”.

A l’ESRF, les jeunes filles ont participé à Synchrotron@School, programme pédagogique initié par l’ESRF, depuis 2013, grâce à un partenariat avec l’Académie de Grenoble. Au programme : des expériences scientifiques, la conduite d’un projet de recherche, la constitution d’équipes de recherche et la présentation par chaque équipe des résultats des travaux de recherche menés durant cette journée. L’enjeu : appréhender la diversité du travail de chercheur, de la paillasse à la communication. Ces deux journées ont aussi été l’occasion pour ces jeunes filles de visiter le synchrotron et ses différents laboratoires mais aussi d’échanger avec des chercheuses et doctorantes dans des domaines de recherche très variés.

Expériences scientifiques au programme pour ces jeunes lycéennes et leur mascotte

Expériences scientifiques au programme pour ces jeunes lycéennes et leur mascotte

Ces deux jours ont visiblement changé la perception du métier scientifique en STEM pour ces jeunes filles. Comme l’explique Ayma Ferriera, 16 ans « on a toujours l’impression que les chercheurs travaillent seuls mais c’est tout l’opposé. Leurs travaux les amènent aux quatre coins du monde pour partager les résultats de leurs recherches et cela m’a beaucoup surprise. » Et Eilidh Campbell, 17 ans, d’ajouter « ce séjour m’a beaucoup appris et montré l’intérêt des carrières scientifiques. A mon retour, je pense que je vais réviser davantage pour mes examens afin d’entrer dans une bonne université l’année prochaine et suivre des études scientifiques ».