"Forêt résiliente" de Benjamin Just - Echosciences chez RCF Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 1 juillet 2021   280

Xl xl xl xl 3qa

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

Retrouvez la chronique du  1er juillet 2021, par Audrey Korczynska, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Audrey Korczynska, chargée de projet à La Casemate. Elle va nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Audrey !

Bonjour Nicolas !

Alors aujourd’hui, on part en forêt avec vous Audrey !

Oui d’une certaine façon Nicolas, je vous emmène dans les bois avec Benjamin Just. Il est passionné par cette matière depuis son plus jeune âge, et il est actuellement en résidence à La Casemate pour concrétiser un beau projet entre art, sciences et techniques.

Un projet qui aborde les liens entre les humains et la nature. Vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Tout à fait, le projet s’appelle "Forêt résiliente" et nous sensibilise au phénomène de déforestation. Pour cela, Benjamin s’appuie sur des images satellites en temps réel, disponibles sur le site internet globalforestwatch.org. Il y récupère une sorte de vue aérienne comme une cartographie abstraite du paysage qui est en fait une représentation graphique de la perte de parcelle forestière à travers le monde.

Si je comprends bien, il s’agit donc d’une représentation plutôt artistique à partir de données scientifiques ?

Oui, c’est bien ça. Pour vous donner une idée de cette représentation, ça me fait un peu penser à des taches d’encre jetées sur une feuille de papier canson qu’on aurait pliée sur elle même. Mais ça ne s’arrête pas là. Ce paysage abstrait est lu par un programme informatique. Et à chaque fois qu’une nouvelle parcelle de forêt disparait, une action est déclenchée.

Et là commence véritablement l’installation et le message Audrey…

Hé oui, c’est là que tout commence. Imaginez vous dans cette installation. Vous contemplez d’abord ce paysage abstrait qui défile lentement sur un grand écran blanc. Vous découvrez ensuite 20 souches de bois disposées au sol sur de petits supports, d’essences et de diamètres différents. En fait, chaque souche provient d’une parcelle différente de la forêt française, elles témoignent de sa diversité. Les rondelles de bois sont découpées en suivant les cernes de l’arbre et motorisées. A chaque fois qu’une déforestation est détectée, une souche est éclairée et se met en mouvement accompagné par la diffusion de son.

C’est une expérience qui semble très sensible, qui donne envie d’être vécue et qui nous rappelle à nos responsabilités de respect bien sûr de nos forêt et de l’environnement. Et en quoi a consisté la résidence de Benjamin à La Casemate ?

Benjamin a passé 6 mois de résidence à la Casemate. Il a eu l’occasion de prototyper, faire des recherches par exemple sur des matériaux utilisés et perfectionner la réalisation des sculptures en mouvement.

Et pour faire le lien entre ce projet artistique sur les forêts et les forêts et paysages de notre région, vous avez quelques propositions à faire à nos auditeurs pour cet été.

Effectivement, de nombreuses propositions même dans le programme culturel et scientifique de la métropole grenobloise, Une Saison aux couleurs de la Terre, piloté par La Casemate. De nombreuses randonnées et ateliers à découvrir dans les montagnes aux alentours de Grenoble accompagnés d’experts en géologie, glaciologie, environnement… à retrouver en détail sur saisonterre.fr !

Et c’était la dernière chronique de l’Echo des médias avant la pause estivale ! Je vous souhaite donc à vous Audrey et à toute l’équipe d’Echosciences Grenoble un très bel été !

Merci beaucoup Nicolas, bel été à tous !

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)