Julia Anna Gardner, une femme engagée

Publié par Emilie Demeure, le 17 mars 2020   290

Xl julia anna gardner

A l’occasion de la journée des droits des femmes, qui a eu lieu en cette année 2020, le dimanche 8 mars, j’ai participé à un éditathon. Quésako me diriez vous. Ce mot vient de la contraction d’édition et de marathon et ce fameux mélange produit une journée d’édition, ici wikipédienne, sur des femmes scientifiques. En effet, sur wikipedia, les portraits féminins ne représentent que 18% face à une majorité écrasante d’homme. Le but de cette journée est donc de pallier à se déficit de biographie féminine afin d’arriver un jour à 50% de femmes et 50% d’hommes.

Pour ma part, je n’ai pas été extrêmement productive n’ayant créé qu’une seule page wikipédia se jour là. La femme que j’ai choisie se nomme Julia Anna Gardner. C’est une géologiste, paléontologiste et stratigraphiste. C’est-à-dire : en ce qui concerne la géologie, c’est assez large puisque ça englobe toute les sciences de la Terre et regroupe les deux autres domaines, la paléontologie et la stratigraphie. La paléontologie a gagné en renommé grâce à la trilogie de film sorti à partir de 1993, je parle bien évidement de Jurassic Park ! Néanmoins, la paléontologie ne se rattache pas seulement aux dinosaures car elle rassemble l’étude des fossiles en générale. Quand à la stratigraphie, c’est l’étude des strates comme l’indique son nom, ce sont des successions de couches géologiques. Si vous êtes à Grenoble, vous n’avez qu’à lever la tête pour admirer des strates sur le Vercors par exemple, se sont ces bandes très visible qui découpent le massif à nu. Sinon, si vous ne pouvez pas zieuter ces strates, vous en avez déjà surement vu à la télévision ou sur un autre média, une roche composée de plusieurs bandes superposées de plusieurs couleurs et/ou tons différents.

Exemple de strates
Exemple de strates

Julia Anna Gardner est une femme scientifique du 20ème siècle américaine, elle est née en 1882 et morte en 1960. Elle a notamment travaillé sur les plaines côtières en Virginie et au Nord de la Californie sur les lits correspondant à l’ère Tertiaire (-66Ma à -2,58Ma), mais elle a également beaucoup voyagé et a mené des recherches au Mexique, en France et au Japon. Ces recherches se sont focalisées sur les fossiles de  mollusques dont l’un porte son nom, l’Ecphora gardnerae.

Ecphora gardnerae
Coquille d'Ecphora gardnerae

Cependant, Julia Anna Gardner est une scientifique qui ne vie pas que pour la recherche. Lors, de la Grande Guerre, elle débarque en 1917 en France au côté de la croix rouge américaine selon sa propre volonté. En effet, après la mort de sa mère et l’entrée en guerre des Etats Unis d’Amérique qui a suivi, elle confia: « Tout ce que je veut faire c’est d’aller avec la croix rouge américaine en France ». Elle y servira en tant que cantinière dans un premier temps puis comme infirmière auxiliaire. A la fin de la Guerre, elle restera en France avec le Service des Amis Américains (American Friends Service) pour continuer son devoir dans les zones dévastées.

Elle retourne aux USA en 1920 pour reprendre ses recherches mais reviendra en France lors de la Seconde Guerre Mondiale. Cette fois-ci, elle va prendre la tête de « L’Équipe du Donjon » (The Dongeon Gang) sous le nom de « Miss Julia ». L’équipe a la lourde de tache de préparer des stratégies militaires pour les Forces Armées. Elle va créer des textes, partager des idées et créer des cartes du terrain. Pour la petite anecdote : Miss Julia, lors de la conception des cartes, contrariait le dessinateur parce qu’elle ne voulait pas utiliser des couleurs primaires voyantes, habituellement utilisée, telle que le rouge mais des couleurs pastelles. A part ces divergences d’opinions avec le dessinateur, par son travail fourni et son caractère jovial, elle gagna rapidement le respect de ses camarades.

Ses recherches ont permis des avancées majeures en paléontologie des mollusques principalement et lui a valu plusieurs reconnaissances de la pars de ses paires. En voici quelques unes: Elle a été membre de Société de Paléontologie (Paleontological Society) et en a été présidente en 1952. Également membre de la charte de la Société Economique Paléontologiste et Minéralogiste mais elle est aussi la troisième femme à avoir occupée la place de vice-président de la Société Géologique d’Amérique en 1953. 

 Julia Anna Gardner est une femme scientifique à la vie bien remplie et qui fait partie de ses nombreuses femmes que nous avons laissées dans l’ombre bien trop longtemps. Il serait intéressant de construire un cours, une conférence ou autre en citant seulement des noms de femmes et non seulement ceux des hommes. Il serait, je pense éclairant de connaissances, de vies et d’anecdotes.



Pour aller plus loin: 

Crédits photos: 

  • Image d'entête : Milton S. Eisenhower Library, Johns Hopkins University
  • Image "Exemple de strates"  par GeorgeB2 sur pixabay
  • Image "Coquille d'Ecphora gardnerae"  du livre "Maryland Geological Survey, Miocene"  publié en 1904 et écrit par  Johns Hopkins Press